Zelboraf® et Cotellic® : penser au risque d’atteintes ophtalmiques


  • Fanny Le Brun
  • Univadis Actualités médicaments
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le vemurafenib (Zelboraf®) est un inhibiteur de la protéine BRAF et le cobimetinib (Cotellic®) un inhibiteur de la voie des MAPK, indiqués dans le traitement des patients adultes atteints d’un mélanome non résécable ou métastasique porteur d’une mutation BRAF V600.

Le risque d’atteintes ophtalmiques est un risque important identifié avec ces deux molécules :

  • Vemurafenib : uvéites (fréquent) et occlusions de la veine de la rétine (peu fréquent),
  • Cobimetinib : rétinopathies séreuses (très fréquent), vision trouble (très fréquent) et déficiences visuelles (fréquent).

Ce risque d’atteintes ophtalmiques est déjà mentionné dans le RCP de chaque spécialité et les patients doivent être surveillés de manière régulière au niveau visuel. Cependant, il est important de renforcer cette information afin d’améliorer le suivi et la prise en charge des patients atteints de troubles oculaires liés au vemurafenib et au cobimetinib car des retards au diagnostic et/ou à la prise en charge ont été rapportés dans certains cas, avec une incidence sur le pronostic visuel du patient.

Les patients traités par ces molécules doivent être informés de ce risque et de la nécessité de consulter rapidement en cas de survenue d’un trouble de la vision (diminution de la vision centrale, vision floue ou perte de l’acuité visuelle) ou d’un œil rouge ou douloureux, afin d’assurer une prise en charge rapide et adaptée pour prévenir le risque de complications.