Y a-t-il un risque de passer à côté des contrôleurs VIH avec les TROD ?


  • Caroline Guignot
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages principaux

  • 6% de la cohorte de contrôleurs VIH ANRS CO21 CODEX présentent au moins une fois un résultat négatif au test rapide d’orientation diagnostique (TROD) au cours de son suivi.

  • Le diagnostic du VIH peut être difficile à établir dans cette population et peut nécessiter le recours à une quantification de l’ADN-VIH par des techniques ultrasensibles.

La littérature rapporte des cas de contrôleurs d’élite du VIH qui ont présenté des TROD négatifs ainsi que des tests par Western-Blot négatifs ou indéterminés. Les investigateurs de la cohorte de contrôleurs VIH ANRS CO21 CODEX ont donc voulu apprécier plus largement quelle pouvait être la fréquence de ce phénomène à partir des PVVIH inclus et suivis entre 2009 et 2017. Pour cela, ils ont analysé les résultats des différents tests menés à partir des prélèvements sanguins conservés au cours du suivi.

Au total, 85 patients contrôleurs n’ayant jamais été traités, suivis depuis au moins 5 ans et ayant présenté un ARN-VIH inférieur à 400 copies/ml lors de la dernière analyse, ont pu être inclus dans l’analyse. Parmi eux, 3 ont présenté un test TROD négatif, soit 4%. Par ailleurs, la réactivité des anticorps au Western-Blot était faible et rendait le test difficile à interpréter pour 25% de la cohorte. Afin d’évaluer si le taux des anticorps anti-VIH déclinait avec le temps, les chercheurs ont évalué les évolutions des taux mesurés sur la durée (n=65). Il est apparu que si 92% de ces patients présentaient un taux d’anticorps spécifiques suffisant pour permettre d’obtenir un dépistage positif par TROD, 6% d’entre eux, en revanche, présentaient un taux insuffisant pour obtenir une positivité du TROD à un moment ou l’autre du suivi, indiquant qu’il aurait pu échapper au dépistage le cas échéant. Dans ce cas, le dosage de l’ADN est nécessaire pour confirmer le diagnostic.

Ce travail confirme que certains contrôleurs du VIH présentent une réponse immunitaire qui peut décliner au cours du temps.