WOC : Glaucome et paramètres de pression artérielle : des relations qui se précisent

  • Dr Jean-Claude Lemaire

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Cela fait maintenant près de 10 ans qu'une équipe de l'Université Catholique de Séoul (Corée) travaille sur les relations entre variabilité de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle et glaucome.

Dans ce cadre, ils ont montré que la relation entre pression artérielle et glaucome était de type courbe en U. En clair, une pression artérielle élevée est associée à une pression intra-oculaire élevée, ce qui accroit le risque de glaucome et de lésions du nerf optique chez les glaucomateux mais, inversement, une baisse excessive de la pression artérielle chez les glaucomateux peut entraîner une chute de la pression de perfusion oculaire et engendrer des lésions ischémiques.

L'an dernier, en utilisant les données de la banque nationale de données du système d'assurance maladie, ils ont montré qu'indépendamment du niveau de pression artérielle systolique, les sujets dont la variabilité de la pression systolique était la plus élevée (quartile supérieur) avaient un risque de développement de glaucome à angle ouvert majoré d'environ un quart par rapport aux sujets avec la variabilité la plus faible (quartile inférieur).

Lors du congrès mondial d'ophtalmologie, des résultats concernant les relations entre variabilité tensionnelle de visite en visite et glaucome à pression normale ont été présentées. Dans cette forme de glaucome, la souffrance du nerf optique et la diminution du champ visuel sont supposées être en rapport avec une irrigation insuffisante des vaisseaux nutritifs du nerf et de la rétine.

Les données présentées montrent que par rapport à des sujets contrôles normaux appariés pour l'âge, les sujets avec glaucome à pression normale ont une variabilité de la pression systolique significativement plus élevée (p = 0,001) et que cette variabilité est un facteur significatif de prédiction de développement de ce type de glaucome. Aucune différence significative tensionnelle (pression systolique, pression diastolique et variabilité de la pression diastolique) n'a été documentée entre sujets avec glaucome à pression normale et sujets contrôles.

A noter encore que par rapport aux sujets contrôles, les sujets avec glaucome à pression normale sont moins souvent diabétiques (p = 0,026), plus souvent myopes (p = 0,001) et ont une pression intra-oculaire plus élevée (p = 0,026).