WISE : le traitement des cardiopathies ischémiques est-il optimal chez les femmes ?

  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Le suivi de 935 femmes ayant bénéficié d’une angiographie pour suspicion d’ischémie montre un taux de décès global de 20% et un taux de décès cardiovasculaire de 12% à 10 ans. Si le mortalité globale était de 36% à 10 ans pour celles présentant une obstruction coronaire (>50%), elle était malgré tout de 13% pour les autres.

Pourquoi est-ce important ?

  • On sait aujourd’hui que la présentation, la prise en charge et le pronostic des cardiopathies ischémiques sont différents selon le sexe et que le risque de mortalité liée à ces pathologies est particulièrement élevé chez les femmes. Un certain nombre de données suggèrent parallèlement que les femmes ayant une maladie cliniquement stable ne présentent pas de sténose coronaire significative (<50%) à l’angiographie. Pour mieux caractériser la clinique et le pronostic des femmes souffrant de cardiopathies ischémiques, l’étude WISE a été lancée en 1996 : elle a suivi durant 10 ans des femmes ayant bénéficié d’une angiographie à l’inclusion, dans l’objectif de décrire leur risque de décès cardiovasculaire et de déterminer les facteurs de risque liés au décès.

  • La plupart des variables prédictives de mortalité qui ont été identifiées dans cette étude sont connues et sont, pour la plupart, modifiables par une meilleure prise en charge (tabac, diabète…). L’apparition d’un risque significatif chez les femmes sans obstruction coronaire significative (<50%) pose la question d’une adaptation de l’évaluation et de la prise en charge de ces femmes probablement sous-traitées. Des essais spécifiques seraient nécessaires pour investiguer cette opportunité.

Principaux résultats

  • Parmi les 935 femmes recrutées (25% diabétiques, 59% HTA, 55% dyslipidémie, 59% IMC≥30 kg/m²), 184 sont décédées durant le suivi de 10 ans. Le taux de décès global était de 20% et celui des décès cardiovasculaire de 12%.

  • Le degré d’obstruction coronaire, l’âge, le statut ménopausique, le niveau d’éducation et les antécédents médicaux (tabac, diabète, HTA, dyslipidémie) étaient associés à un plus fort risque de décès.

  • Parmi les 115 décès d’origine cardiovasculaire ; 31% (n=36) étaient survenus chez des femmes sans obstruction significative (<50%) pour lesquelles les recommandations américaines ne préconisent pas d’attitude particulière. Ainsi, le taux de décès global des patients sans sténose ou avec une sténose inférieure ou supérieure à 50% était respectivement de 10, 17 et 35% à 10 ans et celui de décès cardiovasculaire était respectivement de 6, 11 et 25% (p significatifs).

  • L’analyse multivariée a montré que l’obstruction coronaire >50%, l’âge, tous les antécédents médicaux et le DFGe étaient associés au risque de mortalité globale. L’intégration des traitements reçus à l’inclusion dans l’analyse multivariée ne modifiait pas les conclusions.

Méthodologie

  • L’étude WISE est une étude multicentrique prospective conduite auprès de femmes devant suivre une angiographie coronaire pour suspicion d’ischémie.

  • Au total, 935 femmes (58 ans en moyenne) ont été recrutées et ont bénéficié de l’imagerie et d’un bilan biologique. L’obstruction coronaire était qualifiée à partir d’une sténose artérielle ≥50%. La survenue et la cause du décès sur les 10 années suivantes ont été recherchées à partir des dossiers cliniques et de la base nationale de décès NDI.

Limitations

  • La conduite de l’étude dans quatre centres spécialisés a pu engendrer un biais de sélection.

  • Les posologies prescrites n’étaient pas prises en compte.

Financement

L’étude a reçu plusieurs financements publics américains.