WHI : un IMC normal avec un taux de graisse corporelle élevé est associé à un risque de cancer du sein

  • JAMA Oncol

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Parmi les femmes ménopausées présentant un IMC normal (18,5–24,9 kg/m2) incluses dans l’Initiative pour la santé des femmes (WHI), le taux le plus élevé de graisse corporelle, comparativement au taux le plus faible, était associé à une augmentation de 89 % du risque de développer un cancer du sein.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’IMC ne permet pas de différencier l’adiposité de la masse intramusculaire.
  • Une catégorisation selon un IMC normal pourrait ne pas être la meilleure mesure substitutive pour évaluer le risque de cancer du sein chez les femmes ménopausées.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte prospective (N = 3 460) composée de femmes ménopausées au sein de la WHI, qui présentaient un IMC normal et dont la graisse corporelle a été mesurée à l’aide d’une absorptiométrie double énergie à rayons X (Dual-Energy X-Ray Absorptiometry, DXA), a été analysée.
  • Financement : Fondation pour la recherche sur le cancer du sein (Breast Cancer Research Foundation) ; Fondation conquérir le cancer (Conquer Cancer Foundation) ; NIH ; autres.

Principaux résultats

  • Après un suivi médian de 16 ans, les femmes situées dans le quartile de graisse corporelle supérieur (comparativement aux femmes situées dans le quartile inférieur) présentaient une augmentation de 89 % du risque de développer un cancer du sein invasif (RRc : 1,89 ; IC à 95 % : 1,21–2,95).
  • Les femmes situées dans le quartile de masse grasse supérieur au niveau du tronc (comparativement aux femmes situées dans le quartile inférieur) présentaient une augmentation de 88 % du risque de développer un cancer du sein invasif (RRc : 1,88 ; IC à 95 % : 1,18–2,98).
  • Un risque légèrement plus élevé a été identifié pour le cancer du sein à récepteurs des œstrogènes positifs, avec des RRc de 2,21 (IC à 95 % : 1,23–3,67) et de 1,98 (IC à 95 % : 1,18–3,31), respectivement.

Limites

  • Étude observationnelle dans sa conception.
  • Résultats limités aux femmes ménopausées.