WHI : des SVM persistants augmentent le risque de diagnostic de cancer du sein

  • Chlebowski RT & al.
  • Menopause
  • 28 déc. 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les femmes qui présentent des symptômes vasomoteurs (SVM) persistants, caractérisés par des bouffées de chaleur et/ou des sueurs nocturnes, pourraient faire face à une augmentation de 13 % du risque de cancer du sein, comparativement aux femmes qui n’ont jamais présenté de SVM.
  • Leur taux de mortalité dans le cadre d’un cancer du sein n’est pas plus élevé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un dépistage du cancer du sein plus fréquent doit être envisagé chez les femmes présentant des SVM persistants.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte prospective de 25 499 femmes ménopausées (âgées de 50 à 79 ans) non atteintes d’un cancer du sein et qui n’utilisaient aucune hormonothérapie substitutive, issues de l’Initiative pour la santé des femmes (WHI), a été analysée.
  • Les SVM persistants étaient définis comme la présence auto-rapportée de bouffées de chaleur et/ou de sueurs nocturnes modérées à sévères au cours des quatre semaines précédant l’inclusion ; l’absence de SVM était définie comme le fait de n’avoir jamais présenté ces symptômes ou d’avoir présenté des SVM légers.
  • Financement : NIH.

Principaux résultats

  • Le suivi médian était de 17,9 ans ; 38 % de la cohorte présentaient des SVM persistants (durée médiane : 10 ans et plus).
  • Les SVM persistants étaient associés à un risque 13 % plus élevé de cancer du sein incident que l’absence de SVM (RR : 1,13 ; IC à 95 % : 1,02–1,27).
  • Les SVM persistants (comparativement à l’absence de SVM) étaient plus susceptibles d’être associés à un cancer du sein à récepteurs des œstrogènes négatifs (P = 0,018) et à une propagation régionale ou à distance (P = 0,002).
  • Les SVM persistants (comparativement à l’absence de SVM) n’étaient pas associés à une mortalité spécifique au cancer du sein (RR : 1,33 ; IC à 95 % : 0,88–2,02) ou à une mortalité (RR : 1,02 ; IC à 95 % : 0,81–1,29) plus élevée.

Limites

  • Étude observationnelle dans sa conception.