WeFlash : acceptabilité du réseau de santé sexuelle connectée


  • Caroline Guignot
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

à l'initiative d u docteur Alexandre Aslan, WeFlash v ise à rendre l'accès au x soin s moins compliqué. Il s'agit d'un outil sécurisé, anonyme, simple et ludique pour prévenir et être prévenu en cas d’infection sexuellement transmissible entre partenaires. et pour être orienté vers une prise en charge.  Elle comporte les informations personnelles de santé non nominatives, un outil d'aide à l'observance de la PrEP et un dispositif de notifications. Elle s'adresse à tous les publics ayant une vie sexuelle active.

Cette application mobile a notamment été portée et financée par le biais de l’association AIDES et d’un financement participatif ( crowdfounding ), avec le soutien de l'ARS, la Région Île-de-France et l’initiative Vers Paris Sans SIDA. Après une première version bêta, la version définitive est maintenant accessible sur l’Apple Store et sa version Android le sera courant février. Son développement a fait l’objet d’une étude de prise en main et d’acceptabilité de l’outil auprès des différents parties prenantes (utilisateurs cibles, professionnels de santé, décideurs). Ce travail une fois mené a fait l’objet d’une publication qui vient de paraître dans International Journal of STD & AIDS . Il montre que l’outil est bien accueilli par ce public, qui pense qu’il peut améliorer les pratiques de dépistage des IST ainsi qu’améliorer le lien et l’accès aux soins. Ils jugent globalement pertinent la notification anonyme et la capacité d’échange de données en temps réel. Des questionnements ont cependant émergé concernant la confidentialité des données, la discrétion des notifications, les limites d’utilisation de l’outil inadapté dans certaines situations (backrooms, saunas gays…) ou certains profils (non francophones, personnes éloignées du soin...).

WeFlash : une appli et un site internet

Après téléchargement de l’application, les usagers créent un profil anonyme et saisissent leurs données de santé. Lorsqu’ils rencontrent un partenaire sexuel, ils flashent leurs téléphones en les mettant en contact afin de créer un QR code, qui peut être photographié pour usage ultérieur si le partenaire n’est pas encore utilisateur de l’appli. Ils reçoivent 48 heures après un lien vers un questionnaire anonyme qu’ils sont invités à remplir, ainsi que des rappels ultérieurs de dépistage des IST à intervalles réguliers. Si l’un deux est dépisté pour une IST, l’information est introduite dans la base de données, qui permet de notifier de façon anonyme les partenaires avec lesquels il a précédemment ‘flashé’. WeFlash propose également une carte de géolocalisation des centres de prise en charge adaptée, affiche les créneaux de rendez-vous disponibles, ainsi que des informations sur la prévention, une aide à l’accès et à l’observance de la PrEP…

Parallèlement, des informations sur la santé sexuelle, les addictions, les risques d’IST, le VIH et la PrEP sont disponibles sur le site . Celui-ci permet de mener une auto-évaluation de son propre risque d’IST. Il propose aussi de faciliter l’entrée dans le soin par la mise en relation avec un centre de soins spécialisés approprié, notamment à l’issue d’une évaluation au cas par cas de l’intérêt du traitement préventif (PrEP).