WCO IOF ESCEO : Prévention et traitement de l’ostéoporose des femmes de la puberté à la ménopause

  • Dr Chloé Vaneeren

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

« L'ostéoporose de la femme est une maladie pédiatrique aux conséquences gériatriques ». En tenant ces propos très provocateurs, le Pr Adriana Orcesi Pëdro (Un. Unicamp, Brésil) voulait surtout insister sur le fait que de nombreux facteurs influencent le risque ostéoporotique : les moins connues étant la grossesse et l'allaitement ainsi que la prise de contraceptifs hormonaux ou de médicaments. Parmi ceux-ci, les agonistes de la GnRH augmentent la perte osseuse de 2,5 %/an et le risque fracturaire de 20 à 50 % ; les inhibiteurs de l'aromatase de 2,5 %/an et le risque fracturaire de 30 % ; les corticoïdes le risque fracturaire de 30 de 50 % lorsqu'ils sont administrés à une dose > 20 mg/jour et les ISRS d'un facteur de 1,7 en fonction de la dose et de la durée du traitement.

Il est important d'évaluer le risque fracturaire avant tout traitement et de proposer des molécules ayant un moindre impact sur le squelette lorsque c'est possible. Il faut également revoir régulièrement la nécessité de prescrire ces produits et suivre attentivement les recommandations de prise en charge de l'ostéoporose. Le risque fracturaire doit également être revu annuellement, de manière à proposer un traitement par teriparatide lorsque le risque est élevé tout en étant particulièrement attentif à l'observance des traitements anti-ostéoporotiques. Pour les patientes sous inhibiteurs de l'aromatase, un traitement par calcium et vitamine D doit être systématiquement prescrit avec un suivi annuel en cas de T-score >-2,0. Du denosumab ou des bisphosphonates doivent être proposés en cas de T-score 65 ans, IMC

Du rôle des hormones

acceptable






triade de l'athlète
Specific Estrogen-Receptor Modulators