WCO IOF ESCEO : Chirurgie bariatrique : quel risque fracturaire et pour qui ?

  • Dr Chloé Vaneeren

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La chirurgie bariatrique entraîne un sur risque fracturaire, mais on ne sait pas avec précision à quoi est lié ce sur risque car la plupart des études ont été réalisées sur une population trop jeune pour être ostéoporotique. Par ailleurs, divers types d'interventions existent en chirurgie bariatrique et l'impact de chacune de ces méthodes est peu connu. C'est dans ce contexte que Julien Paccou (Lille) a analysé les données concernant 64 595 patients dont 19 104 avaient bénéficié d'une chirurgie bariatrique. Le risque de fractures ostéoporotiques majeures était augmenté de 25 % dans le groupe chirurgical. Ce risque était par ailleurs significativement plus élevé dans le groupe de patients ayant eu une chirurgie malabsorptive (ce qui paraît logique) (risque relatif [RR] =1,81) alors qu'aucun risque majeur n'est apparu dans le groupe avec chirurgie restrictive (RR = 0,91). Par ailleurs, c'est la technique du Roux-en-Y qui a généré le plus grand nombre de fractures (proportionnellement). Enfin, en cas de chirurgie malabsorptive, le risque de fracture était essentiellement centré sur la hanche et l'avant-bras tandis que, dans le groupe restrictif, une réduction du risque de fractures de l'humérus était paradoxalement réduit.