WCLC 2019 – Un nouvel inhibiteur de KRAS obtient des résultats prometteurs chez des patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules avancé


  • Cristina Ferrario — Agenzia Zoe
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La molécule AMG 510 inhibe de manière spécifique et irréversible la mutation KRASG12C.
  • Aux posologies évaluées, son profil de sécurité est favorable et son activité antitumorale est prometteuse en monothérapie dans le cadre du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) présentant cette mutation.
  • Ces données soulignent qu’il est possible de combler l’écart au niveau du traitement des patients atteints d’un CBNPC avec mutation KRASG12C préalablement traité.

Pourquoi est-ce important ?

  • La mutation KRASG12C est présente dans environ 13 % des cas de cancers du poumon.
  • Actuellement, aucun traitement autorisé ne cible cette mutation.

Protocole de l’étude

  • Une étude de phase I multicentrique, menée en ouvert et pour la première fois chez l’humain, est en cours afin d’évaluer la sécurité d’emploi, la tolérance, la pharmacocinétique et l’efficacité de la molécule AMG 510 chez des adultes atteints de tumeurs malignes solides localement avancées ou métastatiques, porteuses de la mutation KRASG12C.
  • 34 patients atteints d’un CBNPC étaient inclus à la date butoir, dont 23 étaient évaluables pour l’efficacité.
  • Quatre doses ont été évaluées : 180 mg, 360 mg, 720 mg et 960 mg.
  • La sécurité d’emploi et les toxicités limitant la dose sont les critères d’évaluation principaux.
  • Les principaux critères d’évaluation secondaires comprennent le taux de réponse objective (TRO), la durée de réponse (DDR), la survie sans progression (SSP) et la pharmacocinétique (PK).

Principaux résultats

  • La dose quotidienne orale de 960 mg a été identifiée comme la dose d’expansion et la dose recommandée pour la phase II.
  • Aucune toxicité limitant la dose n’a été rapportée, et aucun événement indésirable lié au traitement (EIT) n’a entraîné l’arrêt du traitement.
  • 35,5 % des patients ont rapporté des EIT, principalement de grade 1 ou 2 ; aucun EIT de grade 4 ou supérieur n’a été rapporté.
  • Parmi les 13 patients évaluables ayant reçu la dose de 960 mg, 54 % et 46 % ont obtenu une réponse partielle et une maladie stable, respectivement, pour un taux de contrôle de la maladie de 100 %. 

Financement

  • Amgen Inc.

Commentaire d’expert

« Ces données établissent définitivement que la mutation KRASG12C constitue une cible clinique pour les médicaments dans le cadre des cancers humains. Il reste quelques questions importantes à élucider, notamment le rôle de la diversité moléculaire de KRAS dans la détermination de l’efficacité de la molécule AMG 510. » Jon Zugazagoitia. Département d’oncologie médicale, Hôpital 12 de Octubre. Madrid, Espagne.