WCLC 2019 – Les événements indésirables immunitaires sont associés à une amélioration des résultats cliniques de l’immunothérapie chez les patients atteints d’un CBPC


  • Elena Riboldi — Agenzia Zoe
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’un cancer bronchique à petites cellules (CBPC) avancé et traités par inhibiteurs de point de contrôle immunitaire (IPCI) ayant présenté des événements indésirables immunitaires (EII) ont obtenu de meilleurs résultats cliniques que ceux n’ayant pas présenté d’EII.

 

Pourquoi est-ce important ?

  • Seuls 10–30 % des patients atteints d’un CBPC obtiennent une réponse à l’immunothérapie et aucun biomarqueur prédictif n’est disponible.
  • Une corrélation entre la survenue d’EII et les bénéfices cliniques associés aux IPCI a été rapportée dans le cadre du cancer bronchique non à petites cellules et du mélanome ; l’existence de cette même association dans le cadre du CBPC est actuellement inconnue.

 

Protocole de l’étude

  • Une étude rétrospective portant sur plusieurs établissements a été menée auprès de 183 patients atteints d’un CBPC confirmé par examen histologique qui avaient reçu des IPCI dans le cadre d’un traitement de deuxième intention (n = 135) ou ultérieur (n = 48).
  • Les patients ont reçu au moins une dose d’inhibiteur du ligand 1 de mort cellulaire programmée (Programmed Death-Ligand 1, PD-L1) seul (n = 109) ou en association avec un inhibiteur de la protéine 4 associée aux lymphocytes T cytotoxiques (Cytotoxic T-Lymphocyte Associated Protein 4, CTLA-4 ; n = 74).
  • L’incidence des EII a été évaluée.
  • L’association entre la survenue d’EII et les résultats cliniques a été évaluée à l’aide d’un modèle multivarié à risques proportionnels de Cox ; les EII ont été considérés comme des covariables variant dans le temps.

 

Principaux résultats

  • Le taux de réponse globale (13,6 %), la survie sans progression (SSP) médiane (1,7 mois) et la survie globale (SG) médiane (5,4 mois) observés dans l’ensemble de la population correspondaient aux données des essais cliniques précédemment publiés.
  • 73 patients (39,9 %) ont présenté au moins un EII (22,4 % de grades 1–2 ; 17,5 % de grades 3–4).
  • Le délai médian jusqu’à la survenue du premier EII était de 24 jours (IC à 95 % : 21–31).
  • Les patients ayant présenté au moins un EII avaient un taux de réponse objective significativement plus élevé (27,4 % contre 3,6 %), ainsi qu’une SSP médiane (3,8 contre 1,3 mois) et une SG médiane (13,8 contre 2,9 mois) significativement plus longues.
  • La survenue d’EII était associée à une amélioration de la SSP (rapport de risque [RR] : 0,46 ; P 

 

Limites

  • Des études à plus grande échelle sont nécessaires afin de confirmer ces résultats.