WCLC 2019 – La cryobiopsie transbronchique peut améliorer le diagnostic et la recherche des biomarqueurs dans le cadre du cancer du poumon


  • Elena Riboldi — Agenzia Zoe
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La cryobiopsie transbronchique permet d’obtenir des échantillons de taille plus importante que la biopsie à la pince.
  • Le taux de réussite pour la classification morphologique et l’analyse génétique du cancer du poumon (CP) est plus élevé lorsque des échantillons de cryobiopsie sont utilisés.

 

Pourquoi est-ce important ?

  • Les recommandations fondées sur les données probantes appuient l’utilisation d’analyses moléculaires dans le cadre du CP.
  • Les données probantes appuyant l’utilité de la cryobiopsie dans le cadre du CP sont rares.

 

Protocole de l’étude

  • Une étude prospective à bras unique a été menée auprès de 127 patients atteints d’un CP.
  • Les patients ont fait l’objet d’une biopsie transbronchique concomitante de la même lésion à l’aide d’une cryosonde de 1,9 mm et d’une pince.
  • Le critère d’évaluation principal était le taux d’incidence des événements indésirables.
  • Les critères d’évaluation secondaires étaient la taille de l’échantillon, le taux de diagnostic, la qualité de l’analyse des échantillons (classification morphologique, n = 81 ; analyse de l’expression du ligand 1 de mort programmée [Programmed Death Ligand 1, PD-L1], n = 59 ; séquençage de l’exome entier [SEE] et séquençage de l’ARN, n = 20).

 

Principaux résultats

  • Une cryobiopsie a été réalisée chez 121 patients ; la lésion était centrale chez 64 d’entre eux (53 %) et périphérique chez 57 (47 %) patients ; le diamètre médian de la tumeur était de 38 mm.
  • Des événements indésirables graves ont été observés chez 5/121 patients (4 %).
  • Les échantillons de cryobiopsie étaient de taille significativement plus importante que les échantillons de biopsie à la pince (taille médiane de 11,4 mm2 contre 2,1 mm2 ; P 
  • Le taux de réussite du diagnostic était de 84 % avec la biopsie à la pince et de 83 % avec la cryobiopsie (P = 0,83).
  • Le taux de confirmation de la classification morphologique était significativement plus élevé (86 % contre 74 % ; P 
  • Le taux de réussite de l’évaluation du score de PD-L1 à partir des échantillons de cryobiopsie et de biopsie à la pince était similaire (97 % et 98 %, respectivement).
  • À partir de la même quantité de tissu fixé au formol et inclus en paraffine, des quantités significativement plus importantes d’ADN (médiane de 1,60 μg contre 0,58 μg ; P = 0,02) et d’ARN (médiane de 0,62 μg contre 0,17 μg ; P 
  • Le taux de réussite pour le SEE (90 % contre 15 % ; P