WCLC 2018 — Résection du poumon : une fuite d'air postopératoire prédit une réadmission précoce selon une étude japonaise


  • Brian Hoyle
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une analyse rétrospective a identifié qu'une fuite d'air prolongée après une résection du poumon était un facteur prédictif de réadmission hospitalière future.

Pourquoi est-ce important ?

  • La réadmission hospitalière après une intervention chirurgicale pour un cancer du poumon peut être le prélude d'un mauvais résultat.
  • Les facteurs de risque d'une réadmission imprévue ont été examinés, mais les études étaient de petite taille et les résultats variaient entre les institutions.
  • Des données définitives sont nécessaires.

Méthodologie

  • Étude menée par une institution unique.
  • Examen rétrospectif de dossiers de patients ayant subi une résection du poumon en raison d'un cancer primaire du poumon, de janvier 2016 à décembre 2017.
  • Biopsie pleurale et cas de cancer non résécable exclus.
  • Tumeurs classées selon la 8ème édition des critères de l'OMS.
  • Une rémission inattendue est définie comme une réadmission non prévue dans les 30 jours suivant la sortie de l'établissement clinique.
  • Aucun financement.

Principaux résultats

  • 1000 patients ; âge médian, 69 ans (plage, 32-90 ans).
  • 54 % d'hommes, 46 % de femmes.
  • Antécédents de tabagisme : 9 % actuellement fumeurs, 36 % n'ayant jamais fumé, 55 % d'anciens fumeurs.
  • Implication du poumon : 61 % à droite, 39 % à gauche.
  • Interventions chirurgicales : essentiellement lobectomie (69 %), segmentectomie (19 %) et résection atypique (11 %).
  • Séjour postopératoire médian (plage) : 4 (2-117) jours.
  • Réadmission inattendue pour 43 (4,3 %) patients.
  • Parmi les patients réadmis, 4 (9,3 %) sont décédés en raison de l'exacerbation d'une pneumonie interstitielle.
  • La comparaison d'analyse univariée entre les patients réadmis et non réadmis a révélé que l'âge (P=0,002), le tabagisme toute l'année (P=0,001), le diabète sucré (P=0,022), la taille maximale de la tumeur (P=0,006), le statut ganglionnaire clinique N0 (P=0,039), la transfusion de sang (P=0,017), la pneumonie (P
  • Dans le cadre d'une analyse multivariée, la fuite d'air postopératoire prolongée était également prédictive (HR, 3,52 ; IC de 95 %, 1,608-7,287 ; P=0,004).

Commentaire d'expert

  • « La morbidité et la mortalité chirurgicales étaient faibles et acceptables. Au plan peropératoire, le contrôle de la fuite d'air constituera le facteur le plus important dans la prévention d'une réadmission. Un suivi intensif doit être réalisé pour les patients souffrant de fuite d'air prolongée, » indique le conférencier Shinsuke Uchida, MD, PhD, National Cancer Center Hospital, Tokyo, Japon.