WCLC 2018 — CPNPC de stade IV : l'atézolizumab en appoint prolonge la survie dans l'étude IMpower 132


  • Brian Hoyle
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les données d'efficacité de l'étude randomisée de phase 3 IMpower132 ont démontré le bénéfice de survie de l'atézolizumab associé à des schémas de chimiothérapie de type pémétrexed+carboplatine ou cisplatine dans le traitement du CPNPC non épidermoïde avancé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Une analyse intermédiaire précoce de l'étude clinique IMpower132 (NCT02657434) a satisfait les critères co-primaires d'évaluation de la SSP.
  • L'association de l'atézolizumab à une chimiothérapie à base de pémétrexed et de cisplatine ou de carboplatine a réduit le risque d'aggravation de la maladie ou de décès en comparaison de la chimiothérapie seule dans le traitement de première ligne du CPNPC non épidermoïde avancé.
  • Les questions de la persistance des bénéfices et de la sécurité du traitement demeurent ambiguës.

Méthodologie

  • Étude randomisée de phase 3 évaluant l'association pémétrexed+carboplatine ou cisplatine±atézolizumab en première ligne chez des patients atteints de CPNPC non épidermoïde de stade IV sans mutation pilote de l'EGFR ou de l'ALK.
  • 578 patients ont été assignés aléatoirement dans le rapport 1:1 pour recevoir 4 ou 6 cycles de carboplatine avec une aire sous la courbe de 6 mg/mL/minute ou de cisplatine à 75 mg/m2+pémétrexed 500 mg/m2 toutes les 3 semaines (Q3W) seul (bras PP, n=286) ou en association avec de l'atézolizumab à 1200 mg Q3W (bras APP, n=292).
  • Phase d'entretien à base de pémétrexed (bras PP) ou de l'association atézolizumab+pémétrexed (bras APP).
  • Critères co-primaires d'évaluation de la SSP et de la SG (analyse intermédiaire).

Principaux résultats

  • Les caractéristiques initiales (de référence) dans les 2 groupes étaient comparables en termes d'âge médian, de sexe, d'ethnie, de score selon l'échelle Eastern Cooperative Oncology Group Performance Status, de statut tabagique, de métastases hépatiques, de prévalence de l'expression du ligand de mort cellulaire programmé de type 1 (PD-L1), d'utilisation de carboplatine et de nombre de cycles de chimiothérapie.
  • La SSP s'est notablement améliorée dans le bras APP vs bras PP (7,6 [IC de 95 %, 6,6-8,5] mois vs 5,2 [IC de 95 %, 4,3-5,6] mois ; HR, 0,60 [IC de 95 %, 0,49-0,72] ; P
  • SG intermédiaire en faveur du groupe atézolizumab (18,1 [IC de 95 %, 13,0-non atteint] mois) vs bras PP (13,6 [IC de 95 %, 11,4-15,5] mois).
  • Une analyse exploratoire a révélé le bénéfice de l'atézolizumab chez les patients présentant une expression élevée de PD-L1.
  • Les événements indésirables toutes causes confondues et les événements liés au traitement étaient plus fréquents dans le groupe atézolizumab, comme cela était attendu, sans nouveau signal de sécurité détecté.

Commentaire d'expert

  • « L'étude IMpower132 satisfait les critères co-primaires d'évaluation en matière de SSP évaluée par l'investigateur dans la population en intention de traiter. L'association atézolizumab+pémétrexed+carboplatine ou cisplatine présente un profil de sécurité gérable, cohérent avec le risque connu en matière de sécurité des traitements individuels. Les données de SG ont montré une amélioration numérique de 4,5 mois lors de cette analyse intermédiaire. L'analyse finale est prévue pour le premier semestre 2019, » indique le conférencier Vassiliki A. Papadimitrakopoulou, MD, University of Texas MD Anderson Cancer Center, Houston.