Voyage et vaccination obligatoire : l’un pourrait-il favoriser l’autre ?

  • Aba YT & al.
  • Med Mal Infect
  • 21 déc. 2018

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Selon l’analyse menée auprès de 2.361 voyageurs reçus au centre stéphanois de vaccination internationale, la fréquence de la vaccination DTP y est supérieure à celle observée en population générale tandis que celle des vaccins ROR et hépatite B en est, elle, voisine. Il existe cependant une variabilité de ces chiffres selon le profil des sujets (âge, nature du voyage).

  • Étant donné le risque de contracter puis de diffuser certaines de ces maladies transmissibles à la suite d’un voyage, la consultation préalable en médecine du voyage ou du généraliste afin de recevoir un traitement prophylactique de certaines maladies tropicales pourrait être le moment pour renforcer les messages et, si nécessaire, proposer un rattrapage des vaccinations préconisées en France.

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

Les données sur le statut vaccinal des voyageurs sont rares dans la littérature. Or, le risque d’être infecté par les maladies transmissibles à prévention vaccinale peut être important lors du déplacement dans certaines régions du globe. Des cas importés de tétanos, diphtérie ou poliomyélite ont été décrits dans la littérature et certains travaux américains ont montré que le risque d’émergence épidémique d’un des pathogènes ROR pouvait être dû à des sujets ayant contracté l’infection en dehors du pays.

Méthodologie

La couverture vaccinale DTP, ROR, VHB et BCG de 2.316 voyageurs reçus au centre de vaccination internationale du CHU Saint-Etienne entre août 2013 et juillet 2014 a été analysée.

Principaux résultats

  • Parmi les 2.316 voyageurs reçus, 2.019 ont participé et seuls 1.216 (60,9 %) ont fourni un certificat de vaccination.

  • La couverture vaccinale DTP, ROR, VHB et BCG était respectivement de 91,8%, 78,6%, 59,4% et 69,1%. Les personnes vaccinées par DTP, ROR ou BCG était statistiquement plus jeunes que celles qui ne l’étaient pas, hormis en ce qui concerne le vaccin VHB pour lequel le constat était inversé. Le fait d’être de sexe féminin était aussi associé à un plus fort taux de vaccination VHB chez les voyageurs nés après les recommandations en population générale la concernant. Une précédente visite au centre de vaccination était associée à un plus fort taux de vaccination VHB, mais une telle consultation antérieure n'était pas associée à une meilleure couverture vis-à-vis du DTP, ROR et BCG.

  • La prévision d’un pèlerinage à la Mecque était associée à une absence de vaccination par le BCG et une vaccination plus fréquente vis-à-vis du DTP.

Principales limitations

Il s’agissait d’une étude monocentrique dans laquelle seules les données des sujets ayant fourni leur carnet de santé ou un certificat ont pu être analysées.