Vitamine D en période prénatale : quel bénéfice sur la survenue de l’asthme à 6 ans ?

  • Litonjua AA & al.
  • N Engl J Med
  • 6 févr. 2020

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Une précédente étude avait suggéré qu’une supplémentation en vitamine D avant la grossesse réduisait significativement le risque d’asthme et de respiration sifflante à l’âge de 3 ans chez des jeunes enfants initialement à risque d’asthme. De nouveaux travaux, menés par la même équipe concluent que les bénéfices ne sont malheureusement pas maintenus à 6 ans. Les chercheurs appellent à la réalisation de nouvelles études.

Protocole de l’étude

Cette étude randomisée, menée en double aveugle a inclus des femmes enceintes ayant des antécédents d’asthme, d’eczéma ou de rhinites allergiques ou dont le partenaire (père biologique de l’enfant) avait ce type d’antécédents. Les femmes avaient reçu 4.000 UI de vitamine D par jour ainsi qu’une dose quotidienne d’un complexe multivitaminique (comprenant 400 UI de vitamine D) ou un placebo associé au même complexe vitaminique. Au total, 806 enfants ont été inclus dans les premières analyses à 3 ans et 360 dans les analyses à 6 ans.

Principaux résultats

Les caractéristiques des deux groupes de femmes ne différaient pas à l’inclusion. Les taux de 25-hydroxyvitamine D mesurés dans le sang de cordon ombilical à la naissance étaient plus élevés chez les enfants dont les mères avaient reçu une supplémentation en vitamine D. À 6 ans, les données de 360 enfants ont pu être analysées (176 dans le groupe vitamine D et 184 dans le groupe contrôle). Sur l’ensemble de la cohorte, 55% avaient reçu un diagnostic d’asthme et 95,6% un diagnostic de respiration sifflante. Bien que les résultats aient mis en évidence une fréquence plus importante de diagnostic d’asthme ou de respiration sifflante à 6 ans, cette différence n’était pas significative entre les enfants nés de mères présentant un taux sérique en vitamine D élevé ou bas. Aucune différence entre les deux groupes n’a été mise en évidence non plus en ce qui concerne la survenue d’eczéma, de rhinite allergique, d’infection respiratoire basse à 6 ans (critères secondaires d’évaluation). 

Pourquoi cette différence à 3 et 6 ans ?

Face aux différences de résultats à 3 et 6 ans, les auteurs évoquent que la supplémentation en vitamine D pourrait plus particulièrement bénéficier à un phénotype minoritaire d’enfants à risque de développer une respiration sifflante. Symptôme qui par ailleurs peut se retrouver fréquemment en cas d’infection virale chez les enfants de cet âge. La supplémentation prénatale en vitamine D pourrait réduire l’apparition précoce de ces phénomènes. L’absence de prélèvements nasaux ne permet pas d’aller plus loin sur ces hypothèses. Par ailleurs, une supplémentation en vitamine D en post-natale serait peut être nécessaire en plus de la supplémentation en prénatale pour maintenir les bénéfices initialement obtenus.