VIH : L’essentiel du mois de juillet 2016

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement
Les meilleures nouvelles données probantes du mois sur le VIH, juillet 2016

Bien que les hommes soient affectés de manière disproportionnée par le VIH, les hommes âgés de 15 à 39 ans n’ont fait l’objet d’un dépistage du VIH que lors de 1 % des visites de soins primaires entre 2009 et 2012. Les hommes à risque plus élevé devraient faire l’objet d’un dépistage annuel. En cas de résultat négatif, il devrait leur être proposé une prophylaxie pré-exposition Lire la suite.

Le contrôle de l’infection est essentiel chez les patients immunodéprimés et porteurs du VIH. Un vaccin conjugué antipneumococcique 13-valent (PCV13) et un vaccin polysaccharide 23-valent (PPSV23) se sont avérés efficaces et sûrs chez les patients porteurs du VIH dans une étude pilote prospective de petite envergure Lire la suite.

La prophylaxie pré-exposition est désormais recommandée pour les personnes à risque plus élevé de VIH bien qu’elle ne soit pas largement prescrite. De nombreuses personnes positives pour le VIH ne sont pas diagnostiquées ou ne sont pas sous traitement antirétroviral suppresseur. Ce modèle mathématique qui prend en compte l’effet protecteur du traitement contre le VIH afin de prévenir de nouvelles transmissions et l’effet d’une prophylaxie pré-exposition (PPrE) suggère que les cas de nouvelles infections peuvent chuter de près de la moitié dans certaines régions avec seulement 40 % de personnes à risque élevé recevant une PPrE et 34 % de personnes porteuses du VIH sous traitement antirétroviral Lire la suite.

[consulter l’essentiel du mois de juin sur le VIH]
[consulter les articles d’hier de l’essentiel du mois sur les maladies cutanées]

Dépistage du VIH chez les patients de sexe masculin

Source : Morb Mortal Wkly Rep                           Texte intégral libre

Principaux résultats

  • En tout, 1 % des visites des hommes dans des cabinets de soins primaires ont comporté un dépistage du VIH.
  • Les taux de dépistage se sont avérés être légèrement plus élevés pour les hommes noirs (2,7 %) et les hommes latinos (1,4 %), par rapport aux hommes blancs (0,7 %), ce qui reflète peut-être le risque accru de VIH pour les hommes noirs et latinos.
  • Le taux de dépistage accru chez les hommes noirs et latinos est probablement contrebalancé par des rapports inférieurs pour les visites par personne chez les hommes de ces groupes.

Conception de l’étude

  • Analyse rétrospective de sous-groupes.
  • Données extraites de l’Enquête nationale sur les soins médicaux ambulatoires portant sur la période 2009–2012 (National Ambulatory Medical Care Survey, NAMCS).

Pourquoi est-ce important ?

  • Dans certaines régions du monde, près de la moitié des personnes qui sont porteuses du VIH ne le savent pas.

Vaccination antipneumococcique pour les patients porteurs du VIH

Source : PLoS One                                             Texte intégral libre

Principaux résultats

  • Les titres des IgG avant la vaccination pour les vaccins PCV13 et PPSV23 se sont avérés être équivalents chez les patients porteurs du VIH, mais étaient systématiquement inférieurs à ceux des patients témoins négatifs pour le VIH.
  • Des augmentations significatives des titres ont été constatées chez les deux groupes à 8, 24 et 48 semaines.
  • La réponse au sérotype 3 du pneumocoque a été amoindrie chez les patients recevant le PCV13.
  • Les titres des antigènes n’ont pas différé entre les groupes positifs pour le VIH à la semaine 48.

Conception de l’étude

  • Étude pilote prospective contrôlée.
  • N = 100 patients positifs pour le VIH et 100 patients témoins négatifs pour le VIH.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un vaccin contre la pneumonie efficace est essentiel pour protéger la santé des personnes qui sont immunodéprimées du fait du VIH.

Modèle mathématique pour la prévention du VIH

Source : Sci Rep                                                Texte intégral libre

Principaux résultats

  • À San Diego, si 50 % des personnes porteuses du VIH étaient diagnostiquées et restaient sous traitement antirétroviral suppresseur, la région connaîtrait 686 cas de VIH en moins sur une période de cinq ans.
  • Dans la même ville, si un homme homosexuel sur trois à risque élevé de VIH était sous PPrE, il y aurait 344 cas de nouvelles infections en moins sur une période de cinq ans.
  • En combinant ces résultats, les infections pourraient chuter de moitié en un an si ces objectifs étaient atteints.

Conception de l’étude

  • Modèle mathématique.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des taux élevés de traitement contre le VIH et de prophylaxie pré-exposition peuvent limiter les cas de nouvelles infections.