VIH avec suppression virologique : l’association DTG/3TC démontre son efficacité et sa non-infériorité par rapport aux schémas thérapeutiques à base de TAF

  • van Wyk J & al.
  • Clin Infect Dis
  • 6 janv. 2020

  • Par Liz Scherer
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association de 2 médicaments à dose fixe (dolutégravir [DTG] + lamivudine [3TC]) est non inférieure à un schéma thérapeutique à base de ténofovir alafénamide (TAF) de 3 ou 4 médicaments pendant 48 semaines chez des adultes infectés par le VIH qui présentent une suppression virologique sans échecs virologiques antérieurs ou mutations conférant une résistance connues. 

Pourquoi est-ce important ?

  • L’association DTG/3TC peut être considérée comme une option efficace dans le cadre d’un changement de traitement pour les patients infectés par le VIH qui présentent une suppression virologique.
  • Il est recommandé de se familiariser avec les recommandations en matière de stratégies de changement de traitement de la Société européenne de recherche clinique sur le SIDA (European AIDS Clinical Society).

Principaux résultats

  • 743 participants ; 371 participants sont passés à l’association DTG/3TC.
  • Semaine 48 :
    • 0,3 % des participants (1) ayant reçu l’association DTG/3TC avaient un taux supérieur ou égal à 50 copies/ml de l’ARN du VIH-1, contre 0,5 % des participants (2) ayant reçu TAF.
    • Dans la population conforme au protocole : Aucun participant ayant reçu l’association DTG/3TC n’avait un taux supérieur ou égal à 50 copies/ml de l’ARN du VIH-1, contre 0,6 % des participants ayant reçu TAF.
      • Différence entre les traitements corrigée (DTc) : -0,6 (IC à 95 % : -1,3 à 0,2).
    • 93,2 % des participants (344) ayant reçu l’association DTG/3TC avaient un taux inférieur à 50 copies/ml de l’ARN du VIH-1, contre 93,0 % des participants (346) ayant reçu TAF.
      • DTc : 0,2 (IC à 95 % : -3,4 à 3,9).
    • Aucun participant ayant reçu l’association DTG/3TC n’a rempli les critères d’arrêt du traitement pour échec virologique confirmé, contre 1 participant ayant reçu TAF. 
  • Aucune résistance émergente n’a été observée.
  • Des événements indésirables (EI) de grade 1/2 ont été observés chez 0,8 % des participants (3) ayant reçu l’association DTG/3TC, contre 1,6 % des participants (6) ayant reçu TAF.
  • Des EI liés à l’arrêt du traitement ont été constatés chez 3,5 % des participants (13) ayant reçu l’association DTG/3TC, contre 0,5 % des participants (2) ayant reçu TAF. 

Protocole de l’étude

  • Analyse à la semaine 48 d’une stratégie de changement de traitement pour passer à l’association DTG/3TC chez des adultes infectés par le VIH présentant une suppression virologique qui ont été inclus dans un essai de non-infériorité de phase III, en ouvert et multicentrique (TANGO).
  • Financement : ViiV Healthcare.

Limites

  • Le caractère généralisable était limité.
  • Étude en ouvert. 
  • Présence d’un biais lié aux arrêts prématurés du traitement.