VIDÉO : Valeur prédictive de la cystatine C dans le cadre de la maladie de l’artère coronaire : Une méta-analyse


  • EAS Video Commentaries
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Par Ruth Frikke-Schmidt, Chef de service hospitalier, professeur-chercheur agrégé, MD, DMSc, PhD, Rigshospitalet, Université de Copenhague, Copenhague, au Danemark.

 

L’auteure principale, Shaohui Yang, travaille au département de cardiologie du premier hôpital affilié et du collège de médecine clinique de l’Université Henan des sciences et de la technologie à Luoyang, 471003, en Chine.

Contexte : Dans le numéro d’août 2017 de la revue Atherosclerosis, Shaohui Yang et ses collègues rapportent que des taux élevés de cystatine C circulante sont associés de manière indépendante à la mortalité toutes causes confondues, à la mortalité cardiovasculaire et aux événements vasculaires indésirables totaux chez les personnes ayant une maladie de l’artère coronaire suspectée ou établie. Une réduction de la fonction rénale est fréquente chez les patients atteints d’une maladie de l’artère coronaire et la cystatine C pourrait être un biomarqueur sensible des événements indésirables chez ces patients.

Méthodes : Réalisation d’une méta-analyse de dix études publiées ayant inclus des participants atteints d’une maladie de l’artère coronaire connue ou suspectée. Des recherches ont été effectuées dans les bases de données PubMed et Embase jusqu’au mois d’octobre 2016 pour identifier des études observationnelles prospectives.  

Résultats : En comparant les taux de cystatine C les plus élevés avec les taux les plus faibles, il est apparu que le risque de mortalité toutes causes confondues, le risque de mortalité cardiovasculaire et le risque d’événements vasculaires indésirables totaux ont été multipliés par deux.  

Discussion et conclusion : Des taux plasmatiques élevés de cystatine C ont été fortement associés, de manière indépendante, aux résultats vasculaires indésirables s’agissant de la mortalité toutes causes confondues, de la mortalité cardiovasculaire et des événements vasculaires indésirables totaux chez des sujets atteints d’une maladie de l’artère coronaire suspectée ou établie. On ignore si ces associations sont de nature causale.