VHC : les nouveaux antiviraux favorisent les sorties à long terme de la liste d’attente de greffon


  • Caroline Guignot
  • Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Il y a quelques mois, les résultats de l’étude européenne ELITA montraient que les sujets infectés par le VHC inscrits en liste d’attente pour une greffe hépatique pouvaient être délistés grâce à l’amélioration de la fonction hépatique apportée par les nouveaux antiviraux d’action directe (AAD). Il restait à démontrer que ce bénéfice clinique était maintenu à long terme. C’est aujourd’hui chose faite avec la parution des résultats de suivi à 34,9 mois de cette cohorte.

Ainsi, environ un tiers des patients infectés par le VHC  (n=44 parmi 142 sujets suivis), présentant une cirrhose décompensée, inscrits sur liste d’attente et traités par AAD, ont pu être retirés de la liste. Une redécompensation de la cirrhose a été observée pour 3 patients. Au total, 4 réinscriptions en liste d’attente ont été nécessaires (dont 3 pour cause d’ascites récidivantes de grade 3), et 2 patients ont développé un hépatocarcinome. Un patient est décédé après désinscription mais n’avait pas respecté le calendrier de surveillance qui aurait permis de diagnostiquer l’apparition d’un hépatocarcinome. Enfin, être traité par diurétiques au moment de la désinscription est apparu comme un facteur de risque de rechute ou d’aggravation de l’ascite.

Ainsi, cette étude, conduite dans 11 centres européens, démontre que les AAD peuvent inverser à long terme l’évolution de la fonction hépatique des patients nécessitant initialement une transplantation. Les besoins en greffons hépatiques devraient ainsi décliner dans cette indication, comme l’a déjà rapporté une étude canadienne.