VHC : l’alcool contribue fortement au fardeau de la maladie hépatique

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

À retenir

  • Le trouble lié à la consommation d’alcool (TCA) est un facteur contribuant fortement à la cirrhose décompensée (CD) dans le VHC.
  • L’ampleur de l’effet varie selon la zone géographique.

Pourquoi est-ce important ?

  • Même si les antiviraux à action directe (AAD) « guérissent » efficacement le VHC, la consommation d’alcool peut compromettre le bienfait et la survie.

Conception de l’étude

  • Étude internationale portant sur des patients ayant des notifications de VHC en Colombie-Britannique, Canada (CB : n = 58 487), en Nouvelle-Galles du Sud, Australie (NGS : n = 84 529) et en Écosse (n = 31 924), croisés avec des hospitalisations.
  • Financement : British Columbia Center for Disease Control, Instituts de recherche en santé du Canada, Kirby Institute, NSW Ministry of Health, Sydney West Translational Cancer Research Center, gouvernement écossais.

Principaux résultats

  • La prévalence de la CD en CB, en NGS et en Écosse était respectivement de 4,6 %, 3,7 % et 4,3 % ; la proportion correspondante de TCA dans la CD était de 28 %, 32 % et 50 %.
  • Les taux de CD standardisés en fonction de l’âge étaient significativement plus élevés chez les patients ayant un TCA en NGS et en Écosse qu’en CB.
  • À l’analyse multivariée, le TCA était prédicteur de CD chez les patients infectés par le VHC en CB (RRc : 1,92), en NGS (RRc : 3,68) et en Écosse (RRc : 3,88 ; p < 0,001 pour tous).
  • La contribution du TCA à la CD était plus élevée en Écosse qu’en CB et en NGS (fraction attribuable dans la population [FAP] : 40 % p/r à 13 % et à 25 %), en particulier pour les patients nés à partir de 1965 (FAP : 48 % p/r à 21 % et à 36 %).

Limites

  • Étude basée sur des données administratives.
  • Étude menée avant l’avènement des AAD.