VHC : Clairance de 99,3 % avec le schéma GLE/PIB dans une étude italienne en situation réelle

  • D'Ambrosio R & al.
  • J Hepatol
  • 22 nov. 2018

  • de Yael Waknine
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le schéma glécaprévir/pibrentasvir (GLE/PIB) a entraîné une excellente innocuité et une efficacité de plus de 99 % dans la première étude en situation réelle menée auprès de patients infectés par le VHC conformément aux recommandations internationales.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les résultats correspondent aux résultats rapportés dans les essais d’homologation.

Protocole de l’étude

  • Étude italienne menée auprès de 723 patients consécutifs (50 % d’hommes ; âge médian de 58 ans) recevant GLE/PIB en traitement du VHC au sein du NAVIGATORE-Lombardia Network.
  • 83 % avaient une fibrose F0-2 (F3 : 9 % ; F4 : 8 %), et 15 % avaient déjà reçu l’interféron.
  • Critère d’évaluation principal : réponse virologique soutenue 12 semaines après le traitement (RVS12).
  • Financement : MSD, AbbVie, Gilead.

Principaux résultats

  • Les génotypes (GT) du VHC comprenaient GT1 (49 %), GT2 (28 %), GT3 (10 %) et GT4 (13 %) ; le taux moyen d’ARN du VHC initial était de 1 063 109 UI/ml.
  • 89 % des patients ont reçu un schéma de 8 semaines (12 semaines : 11 % ; 16 semaines : 1 %).
  • Les taux de RVS12 selon l’analyse en intention de traiter et selon le protocole (PP ; n = 685) étaient de 94 % et de 99,3 %, respectivement.
  • Le taux de RVS12 dans l’analyse PP était :
    • élevé avec le traitement de 8 semaines (99,2 %) et de 12-16 semaines (100 %) ;
    • inférieur chez les hommes (98,5 % p/r à 100 % ; P = 0,027), indépendamment de la durée ;
    • inférieur avec le traitement de 8 semaines pour le GT3 (96,0 % p/r à autre que GT3, 99,5 % ; P = 0,046).
  • La RVS12 était indépendante de la durée du traitement, du stade de la fibrose, du taux initial d’ARN du VHC, de la co-infection par le VIH, de l’insuffisance rénale et de la cinétique virale.
  • 8,3 % des patients ont signalé ≥1 événement indésirable.
  • 5 patients infectés par le GT2/3 ont subi une rechute.

Limites

  • Conception rétrospective.
  • Faible prévalence de la cirrhose.