VHC-1b : 8 contre 12 semaines de traitement elbasvir/grazoprevir

  • Huang CF & al.
  • J Infect Dis
  • 8 avr. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

L'étude EGALITE a confirmé que l’association elbasvir/grazoprevir (EBR/GZR) durant 12 semaines constitue un schéma thérapeutique efficace dans une population atteinte par le génotype 1b du virus de l’hépatite C (VHC), présentant une fibrose légère et naïve de tout traitement. Ce travail, mené auprès de 82 patients asiatiques, visait à évaluer pour la première fois l’efficacité de ce traitement avec une durée réduite à 8 semaines. Il  a mis en évidence que seuls certains patients – présentant une faible charge virale à l’inclusion et sans substitution acidoaminique associée à la résistance (RAS) - semblaient pouvoir atteindre, après seulement 8 semaines de traitement, une réponse virologique soutenue à 12 semaines post-traitement (RVS12) qui soit équivalente à celle d’un traitement de 12 semaines.

Méthodologie

Des patients 20 ans, infectés par le VHC-1b et présentant une fibrose hépatique légère (

Principaux résultats

  • Au total, 82 patients (56,6 ans en moyenne, 71% de femmes, charge virale initiale 5,9 logUI/mL) ont été inclus. Les caractéristiques de ces sujets étaient comparables après randomisation entre les deux groupes. Parmi eux, la fréquence supérieure à 15% d’une RAS était comprise entre 0 et 13,4% des patients (n=11), selon la nature de la substitution considérée.

  • La charge virale était indétectable à l’issue du traitement chez tous les patients des deux groupes. Cependant, 4 sujets ont présenté une rechute virologique dans le groupe traité durant 8 semaines soit une RVS12 de 90% contre 100% dans le groupe traité 12 semaines ([83,5-96,5], p=0,55).

  • Le risque d’échec virologique était d’autant plus élevé que les patients présentaient initialement une charge virale élevée (≥1.500.000 UI/mL) ou une fréquence de RAS NS5A Y93H supérieure à 15%.