VHC-1 : L’efficacité de PrOD dépasse 90 % chez les patients UDI ou sous TSO dans D3FEAT

  • Grebely J & al.
  • Int J Drug Policy
  • 29 oct. 2018

  • Par Yael Waknine
  • Univadis Clinical Summaries
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement de 12 semaines par ombitasvir/paritaprévir+dasabuvir (PrOD)±ribavirine (RBV) entraîne un taux de clairance du VHC-1 > 90 % chez les patients ayant utilisé récemment ou utilisant actuellement des drogues injectables (UDI) et/ou recevant un traitement de substitution aux opiacés (TSO).

Pourquoi est-ce important ?

  • L’efficacité est conforme à celle relevée dans les études antérieures excluant les patients UDI ou sous TSO.

Protocole de l’étude

  • Étude D3FEAT menée auprès de 87 patients infectés par le VHC-1, naïfs de tout traitement (âge médian de 48 ans ; 23 % de femmes ; 8 % de patients cirrhotiques) recevant PrOD±RBV pendant 12 semaines en Suisse, en France, en Norvège, en Nouvelle-Zélande, au Canada et en Australie.
  • Les patients infectés par le VHC de génotype 1a (90 %) ont reçu de la RBV.
  • Critère d’évaluation principal : réponse virologique soutenue 12 semaines après le traitement (RVS12).
  • Financement : AbbVie.

Principaux résultats

  • Utilisation de TSO : 71 %.
  • UDI : 61 % au cours des 6 mois précédents, 45 % au cours du mois précédent et 15 % au moins une fois par jour.
  • Observance médiane : 87 %.
  • 97 % (84/87) des patients ont terminé le traitement (1 cas chacun de non-observance, d’incarcération et de perte de vue au suivi).
  • Taux de RVS12 de 91 % (79/87 ; IC à 95 % : 83 %-96 %).
  • 5 patients n’ont pas obtenu de RVS12 bien qu’ils aient terminé le traitement : 3 rechutes, 1 décès et 1 perte de vue au suivi.
  • La RVS12 n’était pas influencée par l’utilisation de drogues avant/pendant le traitement.
  • Événements indésirables (jusqu’à 28 jours après le traitement) : 53 % (grade 1-2 : 51 % ; grade 3 : 7 % ; grade 4 : 0 %).
  • 2 cas de réinfection identifiés (semaine 36).

Limites

  • Étude ouverte et non contrôlée, avec une petite taille d’échantillon.