VHB: au-delà de 5 années de traitement, le risque d’hépatocarcinome diminue

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Le traitement à long terme par les analogues nucléotidiques/nucléosidiques de première ligne (ténofovir, entécavir) offre aujourd’hui la capacité de contrôler le VHB. Malgré cela, le risque de progression vers l’hépatocarcinome persiste sous traitement. Le suivi de cohortes traitée...