Vers une bithérapie personnalisée pour la rectocolite hémorragique

  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le traitement médicamenteux de la rectocolite hémorragique (RCH) est essentiellement anti-inflammatoire. Une rémission peut également être obtenue par le remplacement du microbiote du patient, altéré dans la maladie, par celui d’une personne en bonne santé, mais avec des résultats très variables.

Une équipe de l’INRAE a analysé les données de 353 patients américains atteints de RCH. Elle en a déduit un modèle pronostique basé à la fois sur l’état inflammatoire de la muqueuse intestinale et sur l’état du microbiote intestinal. Elle distingue ainsi quatre stades selon la sévérité de l’inflammation et quatre groupes de microbiotes selon leur composition. Il n’y a pas de correspondance entre stade inflammatoire et groupe de microbiote : à chaque groupe peuvent s’associer différents stades inflammatoires. C’est ce qui rend compte de la variabilité de l’efficacité du traitement par le seul remplacement du microbiote ou par le seul traitement anti-inflammatoire (seuls 36% des patients avaient un état inflammatoire non pathologique après un an de traitement anti-inflammatoire personnalisé).

L’équipe de chercheurs en a déduit une typologie de la RCH permettant une prise en charge personnalisée pour chaque patient, associant un traitement anti-inflammatoire et un remplacement du microbiote, pourvu que l’environnement soit favorable (régime alimentaire, mode de vie, etc). Reste à mettre à l’épreuve ce modèle prometteur.