Vers une alternative aux antibiotiques ?


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Bacilleus cereus est une bactérie responsable d’intoxications alimentaires, en général brèves et sans gravité, sauf chez les patients immunodéficients. Elle est aussi la première des bactéries Gram + chez qui a été mis en évidence des systèmes de communication intercellulaire appelés quorum sensing (QS) . Ils reposent sur des signaux chimiques émis par ces microorganismes à destination de leurs congénères avoisinants, entrainant la synchronisation de leur population. Il existe également dans la nature des molécules interférant avec les molécules de signalisation, provoquant l’affaiblissement ou la neutralisation des fonctions contrôlées par le QS . On parle alors de quorum quenching .

Chez Bacilleus cereus , la transcription des principaux gènes de virulence est contrôlée par le système QS PapR-PlcR, dans lequel PapR est le peptide de signalisation et PlcR le régulateur transcriptionnel. Une équipe française de l’INRA, associée à des chercheurs israéliens (Jérusalem), a élaboré des peptides synthétiques dérivés de PapR, dont certains sont capables de bloquer l’activité régulatrice de PlcR quand ils sont utilisés précocement au cours de la croissance de la population bactérienne. Cette inactivation n’est pas freinée par le peptide PapR, ce qui est en faveur d’une action prolongée de ces peptides synthétiques.

Les auteurs font remarquer que ces peptides n’ont aucune action sur la croissance bactérienne. Ils pensent qu’il s’agit d’une alternative possible aux antibiotiques grâce à un mécanisme nouveau de réduction ou d’abolition de la virulence des bactéries. Elle aurait de plus l’avantage de ne pas entrainer de résistances. Bien entendu, il est trop tôt pour une application en thérapie humaine, mais pour les chercheurs, une voie est désormais ouverte.