Vers un élargissement de la CMU-C ?

  • Aurélie Haroche

  • JIM Actualités métier
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Paris, le mercredi 12 septembre 2018 - Très attendu, entre autres par ceux qui espèrent y lire une inflexion, au moins légère, de la politique gouvernementale, considérée par beaucoup comme prioritairement concentrée sur les intérêts des plus aisés, le plan de lutte contre la pauvreté sera présenté demain par Emmanuel Macron. Vaste programme. Il devra, selon les acteurs impliqués, s'intéresser notamment à la santé, alors que les pratiques à risque sont plus fréquentes chez les plus démunis et les défauts de soins plus courants. « Cela devrait être une priorité du plan » considère citée par le Monde il y a quelques jours Henriette Steinberg, secrétaire nationale du Secours populaire. L'organisation a fait à cet égard le constat d'une dégradation de l'accès aux soins pour les plus pauvres. « Il n'y a pas de places pour recevoir des gens en difficulté, il y a de moins en moins de médecins dans les quartiers en difficulté… Comment fait-on pour que ça s'améliore » s'interroge-t-elle.
Un taux de recours toujours faible


nationalisationC'est un dossier extrêmement grave si on nous exclut de la distribution de l'ACS, après nous avoir retiré les contrats étudiants et travailleurs indépendantsIl me paraîtrait surprenant que l'on assiste à une forme de nationalisationconditions d'applicationOn peut prendre acte de ce choix, puis discuter des paramètres

Plus de trois millions de Français concernés ?