VADT livre ses résultats à 15 ans dans le New England Journal of Medicine

  • Reaven PD & al.
  • N Engl J Med
  • 6 juin 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Alors que les résultats de l’étude VADT montraient une diminution significative des évènements cardiovasculaires à 10 ans dans le groupe ayant bénéficié d'un contrôle glycémique intensif, par rapport au groupe ayant eu un contrôle standard, les résultats à 15 ans ne sont pas significativement différents entre ces deux groupes. Ainsi, par rapport à un contrôle standard, un contrôle glycémique intensif durant 5,6 ans, amenant à une HbA1c de 6,9%, n’offrirait pas de différence sur le risque d’événements cardiovasculaires majeurs, de mortalité, d’hospitalisation ni sur la qualité de vie à 13,6 ans de suivi moyen. Ces résultats suggèrent qu’il conviendrait de maintenir un taux d’HbA1c faible plus longtemps dans le temps.

Pourquoi cette étude est intéressante ?

Les résultats du suivi à 10 ans des sujets inclus dans l’étude VADT ont laissé entrevoir un bénéfice sur les évènements cardiovasculaires. Le suivi de ces patients à 15 ans a permis de vérifier cette tendance et de préciser la durée de la réduction du risque d’un nouvel événement cardiovasculaire chez les patients ayant bénéficié d’un traitement de contrôle glycémique intensif dans le passé.

Méthodologie

L’étude VADT (Veterans Affairs Diabetes Trial) avait inclus 1.791 vétérans américains diabétiques de type 2 randomisés entre un groupe contrôle glycémique standard ou intensif. L’objectif glycémique du groupe contrôle intensif était d’atteindre une HbA1c normale et celui du groupe standard une HbA1c entre 8 et 9%. Après 5,6 ans de contrôle glycémique, les sujets ont ensuite été suivis dans le temps. 

Principaux résultats

À l’inclusion, la majorité des sujets étaient des hommes, en surpoids ou obèses et étaient diabétiques depuis 12 ans en moyenne. 

  • À l’issue de la période de l’étude VADT (5,6 ans), le taux d’HBA1c médian était de 6,9% dans le groupe contrôle intensif et la différence médiane entre les deux groupes de 1,5 points de pourcentages. Dans les 3 ans post-essai, les deux groupes avaient une HbA1c médiane stabilisée autour de 8%. Par rapport au groupe contrôle, les sujets du groupe contrôle intensif ont pris du poids durant la phase randomisée et cette différence était toujours perceptible entre 3 et 17 ans de suivi. Les autres facteurs de risque cardiovasculaire ont été pris en charge de manière intensive et équivalente dans les deux groupes durant l’étude VADT et les niveaux de PA et les taux d’HDL-c, non HDL-c, TG étaient similaires entre les deux groupes sur la totalité de la période de suivi.
  • Sur un suivi médian de 13,6 ans, le risque de survenue du critère composite constitué des événements cardiovasculaires, des événements majeurs en lien avec le diabète et de ma mortalité d’origine cardiovasculaire n’était pas significativement inférieur dans le groupe contrôle intensif par rapport au contrôle standard. 
  • Un contrôle glycémique intensif durant 5,6 ans n’offrait pas une meilleure espérance de vie ou une meilleure qualité de vie à 15 ans qu’un contrôle glycémique standard.
  • Le taux d’hospitalisation était également similaire entre les deux groupes.