Vaccination : qu’est-ce que le « cocooning » ?


  • Fanny Le Brun
  • Résumé d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

A retenir :

  • La vaccination « cocooning » consiste à protéger les jeunes nourrissons, non encore vaccinés, en vaccinant leur entourage
  • Elle s’applique principalement pour la coqueluche mais peut aussi concerner d’autres maladies, comme la grippe
  • Cette stratégie permet notamment de réduire d’environ 50 % le risque de coqueluche durant les premiers mois de vie

 

La vaccination « cocooning » consiste à protéger les jeunes nourrissons, non encore vaccinés, en vaccinant leur entourage. Elle s’applique principalement pour la coqueluche mais peut aussi concerner d’autres maladies, comme la grippe.

Pour ce qui concerne la coqueluche, la vaccination débute à l’âge de 2 mois mais un niveau de protection élevé n’est acquis qu’après la seconde dose, administrée à l’âge de 4 mois. Ainsi, durant les premiers mois de vie, le très jeune nourrisson n’est pas protégé de la coqueluche alors que c’est justement dans cette tranche d’âge que surviennent les formes graves et les décès. Pour limiter ce risque, la France a été un des premiers pays à mettre en place une stratégie de protection de ces nourrissons trop jeunes pour être vaccinés, reposant sur les effets collectifs de la vaccination. Cette stratégie « cocooning » consiste à recommander la vaccination de toutes les personnes amenées à être en contact étroit et répété avec le nourrisson (parents, fratrie, grands-parents, baby-sitter…). Cette stratégie est supportée par le fait que d’après les données françaises, plus des deux tiers des contaminateurs des nourrissons atteints de coqueluche sont soit les parents soit la fratrie.

Une étude a montré que cette stratégie de cocooning permet de réduire d’environ 50 % le risque de coqueluche durant les premiers mois de vie.

De même, pour la grippe, les nourrissons ne peuvent être vaccinés qu’à partir de l’âge de 6 mois. Il est donc recommandé de vacciner l’entourage des nourrissons de moins de 6 mois présentant des facteurs de risque de grippe grave : prématurés (notamment ceux porteurs de séquelles à type de broncho-dysplasie) et enfants atteints de cardiopathie congénitale, de déficit immunitaire congénital, de pathologie pulmonaire, neurologique ou neuromusculaire ou d’une affection de longue durée. La notion d’entourage comprend le milieu familial (personnes résidant sous le même toit), l’assistant maternel et tous les contacts réguliers du nourrisson.

Se faire vacciner, c’est aussi protéger les autres. Le cocooning en est un bon exemple…