Vaccination : qu'en pensent réellement les parents et les professionnels de santé ?


  • Fanny Le Brun
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

A retenir :

  • Deux tiers des parents d’enfants âgés de moins de 2 ans se déclarent aujourd’hui favorables à l’extension de l’obligation vaccinale de 3 à 11 vaccinations.
  • 77% des pédiatres et 41% des médecins généralistes considèrent que la nouvelle loi simplifie leur relation avec les parents.
  • 99% des pédiatres et médecins généralistes sont favorables à la vaccination même si certains conservent des réticences envers quelques vaccins comme ceux contre le rotavirus, les infections à papillomavirus humains (HPV) et la grippe.
  • Il reste de fortes attentes d’information des parents : un travail pédagogique demeure à réaliser par les pouvoirs publics et les professionnels de santé, notamment pour rassurer sur la sûreté des vaccins.

 

La mise en place des nouvelles obligations vaccinales pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2018 a été l’occasion de réaliser différentes enquêtes auprès de parents, pédiatres et médecins généralistes afin d’évaluer leurs perceptions et opinions concernant la vaccination.

Ainsi, deux enquêtes auprès de parents d’enfants âgés de moins de 2 ans révèlent que :

  • 67% se déclarent aujourd’hui favorables à l’extension de l’obligation vaccinale de 3 à 11 vaccinations, dont 10% ne l’étaient pas en décembre 2017.
  • L’importance de la vaccination pour la santé des enfants (91%) et pour la protection de la collectivité (87%) progresse sensiblement dans l’opinion des parents (+ 5 points par rapport à juin 2018).
  • 86% des parents adhèrent à l’idée que les nouvelles obligations vaccinales vont permettre d’augmenter le nombre de personnes vaccinées en France et 77% à l’idée que cela va permettre de réduire les épidémies.
  • 36% des parents d’enfants nés en 2017 (donc non concernés par les nouvelles obligations) ont déclaré que leur choix de faire vacciner leur enfant contre le ROR avait été influencé par les nouvelles obligations.
  • De même, 39% des parents d’enfants nés en 2017 ont fait le choix de faire vacciner leur enfant contre le méningocoque C suite à la nouvelle loi.

Les perceptions et opinions des jeunes parents sur la vaccination et ses bénéfices progressent donc positivement. Cependant, un travail pédagogique demeure à réaliser car il reste de fortes attentes d’information des parents pour mieux connaître les effets secondaires des vaccins (67%), leur composition (54%), leurs bénéfices (47%) et les maladies qu’ils permettent d’éviter.

Pour ce qui concerne l’opinion des pédiatres libéraux, une enquête en ligne a été réalisée en février et mars derniers. Il en ressort que :

  • L’adhésion des pédiatres à la vaccination reste très forte (99%) même si 14% d’entre eux conservent des réticences envers certains vaccins comme ceux contre le rotavirus (8%), les HPV (5%) et la grippe (5%).
  • La quasi-totalité des pédiatres interrogés (96%) estiment que l’extension des obligations vaccinales est une mesure positive et 77% d’entre eux considèrent qu’elle simplifie leur relation avec les parents.
  • Plus de 2 tiers des pédiatres (69%) trouvent que l’obligation vaccinale s’est accompagnée d’une diminution de la réticence des parents vis-à-vis de la vaccination tandis que 23% considèrent que cette réticence n’a pas changé.
  • Plus de la moitié des pédiatres (56%) considèrent que l’extension des obligations n’a pas eu d’impact sur le rattrapage vaccinal des enfants de plus d’un an.

Les médecins généralistes ont également été interrogés par internet en février et mars derniers et il en ressort que :

  • Plus de 99% d’entre eux se déclarent favorables à la vaccination de façon générale même si un tiers déclare avoir des réticences vis-à-vis de certains vaccins (33%), notamment ceux contre le rotavirus (24%) et les HPV (22%).
  • 75% des médecins généralistes estiment que l’élargissement des obligations vaccinales est une mesure positive et 41% considèrent que la loi simplifie leur relation avec les parents.
  • En revanche, plus de la moitié des médecins interrogés déclarent que l’évolution des réticences des parents depuis la mise en place de la nouvelle loi n’a pas changé (45%) voire même est en augmentation (15 %).

L’adhésion des pédiatres et médecins généralistes à la vaccination est très forte. Ils soutiennent majoritairement l’extension vaccinale dont l’impact sur les relations avec les parents et sur la réticence de ces derniers semble positif. L’information des pouvoirs publics et des professionnels de santé auprès des parents reste aujourd’hui essentielle.