Vaccination contre le rotavirus : le bénéfice reste bien supérieur au risque


  • Caroline Guignot
  • Univadis Résumés Cliniques
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

En France, la vaccination contre les gastro-entérites à rotavirus (GERV) est associée à un bénéfice-risque favorable avec 214 hospitalisations pour GERV prévenues pour chaque hospitalisation pour invagination intestinale. Selon cette étude Inserm de la balance bénéfice-risque des deux vaccins  RotaTeq ® et Rotarix ® , une couverture vaccinale de 92% des enfants cibles préviendrait 13,7 décès pour GERV, et induirait 0,05 décès par invagination intestinale.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les infections à rotavirus constituent une cause majeure de gastro-entérite (GERV) sévère chez les jeunes enfants. Les deux vaccins disponibles, RotaTeq ® et Rotarix ® , peuvent prévenir ces évènements et leurs complications (hospitalisation, décès). Leur utilisation a cependant été associée à un risque rare mais réel d’invagination intestinale dans les jours suivant l’injection de la première dose (et de la seconde dose pour certaines études).
  • Le rapport bénéfice-risque d’un tel traitement est d’autant plus déterminant qu’il s’adresse à une population en bonne santé et qu’il s’inscrit dans un contexte de défiance vis-à-vis de la vaccination. Étant dépendant des caractéristiques démographiques et épidémiologiques, ce rapport ne peut être que spécifique à chaque pays. Or, si le rapport bénéfice-risque de ces vaccins a été déterminé ailleurs, il n’avait pas établi en France. Des chercheurs de l’Inserm ont donc conduit une analyse précise de ce ratio pour les deux vaccins chez les enfants français âgés de 0 à 5 ans. Elle peut être utile aux pouvoirs publics dans leur prise de décision.

Principaux résultats

  • L’incidence annuelle des hospitalisations pour GERV a été estimée à 3,1‰ chez les 0-5 ans, et le taux de mortalité associé était de 4,0 pour 1 million.
  • L’incidence des hospitalisations pour invagination intestinale était de 0,3‰, et le taux de mortalité associé de 1,1‰.
  • Pour la couverture vaccinale actuelle de la population cible (9,5%), la vaccination prévient 1.074 cas de GERV annuellement et induit parallèlement 5 invaginsations.
  • En définissant le bénéfice comme le nombre d’hospitalisation/décès liés aux infections à rotavirus évitées par la vaccination et le risque comme l’augmentation du nombre d’hospitalisation/décès pour invagination intestinale liée à la vaccination, le rapport bénéfice-risque est de 1 hospitalisation pour invagination intestinale pour 214 hospitalisations pour GERV. Parallèlement, ce taux de couverture vaccinale prévient 273 décès liés à la GERV alors qu’il induit 1 décès par invagination intestinale.
  • Une couverture vaccinale de 92% préviendrait 13,7 décès pour GERV versus 0,05 décès par invagination intestinale.

Méthodologie

  • Le rapport bénéfice-risque a été estimé pour la population des enfants de 0 à 5 ans de 2015.
  • Les chiffres d’incidence, d’hospitalisation et de décès liés aux GERV ou aux invaginations intestinales ont été recueillis à partir de l’EGB (échantillon généraliste des Bénéficiaires, représentatif de l’échelon national), des chiffres de l’OMS, du registre Epistudy ou des données de la littérature.
  • L’efficacité et la couverture vaccinale ont été déterminés à partir de la littérature et de la base de données des ventes en pharmacie.

Limitations

Les limitations de ce travail sont celles liées aux différentes valeurs estimées, utilisées dans ce travail.