Vaccination contre la rage : quelle nouveauté ?


  • Fanny Le Brun
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

A retenir :

  • Les vaccins antirabiques commercialisés en France disposent d’une AMM par voie intramusculaire or l’OMS a récemment recommandé l’utilisation de la voie intradermique pour la prophylaxie post-exposition
  • Les schémas d’administration intradermique offrant des avantages en termes d’économies de coûts, de doses et de temps, la HAS vient de statuer et recommande la vaccination soit par voie intradermique (hors-AMM), soit par voie intramusculaire
  • La HAS encourage les laboratoires commercialisant les vaccins antirabiques en France à déposer une demande de modification d’AMM

 

La rage est une encéphalite virale, systématiquement mortelle lorsqu’un traitement n’est pas instauré avant le début des symptômes. C’est une maladie d’inoculation, transmise à l’Homme par morsure, griffure ou léchage par un animal infecté qui excrète le virus dans sa salive.

La France est indemne de rage pour ce qui concerne les animaux terrestres mais il reste un risque de rage liée aux chauves-souris (rage volante) et à d’éventuels animaux infectés dans d’autres pays et importés illégalement. Cette maladie est surveillée via la déclaration obligatoire.

La vaccination contre la rage en pré-exposition est recommandée pour les personnels des services vétérinaires, des laboratoires manipulant du matériel contaminé ou susceptible de l’être, des fourrières, des abattoirs et pour les équarrisseurs, les naturalistes, les taxidermistes, les gardes-chasse, les gardes forestiers, les chiroptérologues et les personnes régulièrement exposées aux virus de la rage des chauves-souris.

En post-exposition, l’évaluation de la nécessité du traitement et sa mise en œuvre ne sont assurées que dans les centres de vaccination antirabique. Le traitement post-exposition vise à profiter de la longue durée d’incubation du virus de la rage (durée moyenne 20 à 60 jours) pour déclencher une production d’anticorps massive et rapide grâce à l’injection de plusieurs doses vaccinales, associées ou non à l’injection d’immunoglobulines spécifiques. Les situations concernées sont : tout contact direct avec une chauve-souris, toute morsure, griffure, léchage sur peau lésée ou muqueuse en zone d’enzootie rabique ou par un animal importé ou par un animal porteur de rage (diagnostic de certitude).

Les schémas de vaccination post-exposition actuellement recommandés en France se font par voie intramusculaire :

  • Chez les sujets non-immunisés ou ayant un statut immunitaire incertain :
    • Protocole Essen (1-1-1-1-1) : 5 injections de vaccin aux jours 0, 3, 7, 14 et 28,
    • Protocole Zagreb (2-1-1) : 2 injections de vaccin au jour 0, une dans chaque deltoïde, puis une injection aux jours 7 et 21,
    • Lorsqu’elles sont indiquées, les immunoglobulines antirabiques doivent être administrées en même temps que la première injection de vaccin (J0), en un site différent.
  • Chez les sujets complètement immunisés antérieurement, 2 doses de vaccin seront administrées, une au jour 0 et l’autre au jour 3, sans aucune injection d’immunoglobulines.

Selon de nouvelles recommandations de l’OMS pour la prophylaxie post-exposition, les vaccins peuvent être administrés soit par voie intradermique, soit par voie intramusculaire. Cependant, les résumés des caractéristiques des deux vaccins disponibles en France, Rabipur® et rabique Pasteur®, n’autorisent actuellement qu’une administration par voie intramusculaire.

Les schémas préconisés par l’OMS pour la vaccination par voie intradermique en prophylaxie post-exposition sont :

  • Chez les sujets non immunisés : une injection intradermique en 2 sites aux jours 0, 3 et 7 (2-2-2),
  • Chez les sujets déjà immunisés : une injection intradermique en 1 site aux jours 0 et 3 ou en 4 sites au jour 0.

Ces schémas d’administration intradermique offrent des avantages en termes d’économies de coûts, de doses (0,5 ou 1 mL par voie intramusculaire versus 0,1 mL par voie intradermique) et de temps par rapport à la voie intramusculaire (schéma en 7 jours au lieu de 21 ou 28 jours chez les sujets non immunisés). C’est pourquoi, bien que disposant de peu de données comparatives à la voie intramusculaire, la HAS recommande la vaccination des personnes exposées à la rage en prophylaxie post-exposition par les vaccins Rabipur® et le vaccin rabique Pasteur® :

  • Soit par voie intradermique (situation hors-AMM en France),
  • Soit par voie intramusculaire.

La HAS encourage les laboratoires commercialisant les vaccins en France à déposer, auprès des autorités compétentes, une demande de modification d’AMM visant à autoriser l’administration par voie intradermique, selon les schémas vaccinaux recommandés par l’OMS.