Vaccin Janssen : coup d’arrêt au déploiement de la vaccination

  • Aude Lecrubier

  • Nathalie Barrès
  • Actualités Médicales par Medscape
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Etats-Unis, Europe – Suite aux signalements de très rares cas de thromboses associées à une thrombopénie chez des patients ayant reçu le vaccin de Johnson&Johnson/Janssen, son administration est temporairement arrêtée aux Etats-Unis et son déploiement est mis sur pause en Europe.

« Nous sommes conscients de la survenue d’événements thromboemboliques extrêmement rares associés à une thrombopénie chez un petit nombre de personnes ayant reçu notre vaccin Covid-19 », a indiqué le laboratoire Johnson & Johnson mardi 13 avril dans un communiqué[1].

« Après avoir examiné ces cas avec les autorités sanitaires européennes, nous avons pris la décision de retarder de manière proactive le déploiement de notre vaccin en Europe », poursuit le laboratoire.

Dans un communiqué en date du 9 avril [2], l’Agence européenne du médicament (EMA) avait, en effet, indiqué avoir débuté une enquête suite aux signalements de 4 cas d'événements thromboemboliques avec thrombopénie chez des personnes ayant reçu le vaccin contre le Covid-19 Janssen. Un des cas était survenu lors d'un essai clinique les trois autres lors du déploiement du vaccin aux États-Unis. L'un d'eux s’étant avéré mortel.

Ce même 13 avril, les Centers for Disease Control (CDC) et la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis[3] ont recommandé une pause dans l'utilisation du vaccin. En tout, les instances de régulation américaines rapportent six cas survenus aux Etats-Unis sur plus de 6,8 millions de doses administrées. Les cas recensés concernent des femmes âgées de 18 à 48 ans, qui avaient reçu le vaccin six à treize jours plus tôt.

Pour rappel, le vaccin Johnson&johnson est un vaccin à adénovirus tout comme le vaccin AstraZeneca pour lequel ce rare risque de thromboses atypiques est désormais avéré.

Cet article a initialement été publié sur le site Medscape.