Vaccin contre le COVID-19 : l’Europe se positionne !


  • Fanny Le Brun
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir :

  • La France, l’Allemagne, l’Italie et les Pays-Bas ont créé une « Alliance inclusive pour le vaccin » contre le SARS-CoV-2.
  • L’objectif est de négocier des accords avec les laboratoires pharmaceutiques développant des vaccins contre ce nouveau coronavirus, afin de garantir l’approvisionnement de la population européenne dans son ensemble et de soutenir les projets en développement.
  • Cette alliance a déjà trouvé un premier accord de principe avec un laboratoire au sujet d’un candidat vaccin qui, si son efficacité et sa sécurité sont démontrées dans les études en cours, pourrait être disponible à la fin de l’année.

La France, l’Allemagne, l’Italie et les Pays-Bas ont créé une « Alliance inclusive pour le vaccin » contre le nouveau coronavirus SARS-CoV-2. L’objectif de l’alliance entre ces pays européens est de « mettre en commun leurs moyens pour soutenir le développement d’un vaccin et garantir l’approvisionnement de la population européenne à des conditions qui permettent également l’accès de tous les pays au vaccin à des conditions équitables ».

Pour cela, ces 4 pays européens sont en contact étroit avec les entreprises pharmaceutiques qui semblent être les plus avancées dans le développement d’un vaccin contre le SARS-CoV-2. L’Alliance souhaite négocier des pré-accords visant à pouvoir produire le plus rapidement possible ces vaccins en Europe, en quantité suffisante pour la population européenne mais également pour les autres pays. L’objectif est que ces vaccins soient disponibles à un prix juste, accessible à tous et notamment aux pays les plus pauvres.

Alors que la création de cette alliance a été annoncée début juin, un premier accord vient d’être trouvé le 13 juin avec le laboratoire AstraZeneca pour la fourniture de 400 millions de doses de vaccin contre le SARS-CoV-2 développé avec l’université d’Oxford. Des essais de phase II/III sont en cours. Si l’efficacité et la sécurité de ce candidat vaccin sont établies, sa livraison débuterait à la fin de l’année 2020 et il serait vendu à prix coûtant. Les doses fournies permettraient de vacciner les populations à risque au sein de l’ensemble de l’Union européenne.

Des négociations sont également en cours avec d’autres laboratoires pharmaceutiques afin de « maximiser les chances de disposer rapidement d’un vaccin en quantité suffisante et au meilleur coût ». Les accords passés par cette « Alliance inclusive pour le vaccin » sont destinés à servir tous les pays membres de l’Union européenne et d’autres pays partenaires qui souhaiteraient rejoindre l’initiative.