Vaccin anti-VRS : quels enfants devront-être ciblés prioritairement ?

  • Kramer R & al.
  • Vaccine
  • 29 oct. 2018

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Selon les données recueillies aux Hospices Civils de Lyon (HCL) auprès de tous les enfants hospitalisés pour une infection à virus respiratoire syncytial (VRS) au cours de la première année de vie, l’incidence de l’infection était maximale chez ceux nés durant la saison épidémique (début octobre à fin décembre) et chez les prématurés. Pour ces deux groupes d’enfants, le coût médical annuel direct global lié aux hospitalisations était ainsi évalué à 108.673 et 231.959 euros respectivement. Par ailleurs, la durée d’hospitalisation était supérieure pour les enfants âgés de moins d’un mois.

  • Les auteurs suggèrent que la politique des pouvoirs publics quant aux recommandations relatives aux vaccins anti-VRS se concentre en premier lieu auprès de ces profils de patients, et n’omettent pas ceux nés en fin d’année calendaire, puisqu’ils apparaissent particulièrement vulnérables à l’infection à VRS.

Méthodologie

Les auteurs ont analysé les données relatives aux hospitalisations pour infection à VRS des enfants de moins de 1 an, menées entre 2014 et 2016. Les coûts ont été estimés à partir des données du PMSI.

Principaux résultats

  • Au total, 21.930 naissances ont eu lieu aux HCL et 350 ont été hospitalisés pour infection à VRS durant la première année de vie, dont 9,6% des cas chez des enfants nés prématurément.

  • Le taux d’incidence de l’infection était de 14,5 pour 1.000 naissances en vie, ce chiffre s’élevant à 49,6 pour 1.000 pour ceux nés en novembre et 39,1 pour 1.000 pour ceux nés durant le dernier trimestre de l’année. Enfin, le taux d’incidence était de 30,8 pour 1.000 parmi les enfants prématurés contre 14,4 pour ceux nés à terme.

  • Le coût médical annuel direct lié aux hospitalisations était de 108.673 euros pour les enfants prématurés (durée médiane d’hospitalisation : 8,0 jours vs 4,0 pour les enfants nés à terme) et de 231.959 euros pour les enfants nés durant la saison de l’épidémie.

  • Le coût moyen par hospitalisation et par enfant était de 3.973 euros, mais pouvait s'élever à 4.892 euros/hospitalisation pour les enfants de moins de 1 mois au moment de l’infection (5,0 jours d’hospitalisation) et de 6.324 euros/hospitalisation pour les enfants nés prématurés.

Principales limitations

Cette étude était monocentrique.