Vaccin anti-COVID-19 de Janssen : une dose est-elle vraiment suffisante ?


  • Fanny Le Brun
  • Actualités des médicaments
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le vaccin contre le SARS-CoV-2 développé par le laboratoire Janssen repose sur la technique de vecteur viral de type adenovirus, comme le vaccin d’AstraZeneca. Il a pour particularité d’être le seul vaccin anti-COVID-19 ne nécessitant qu’une seule dose pour être considéré comme complètement vacciné et obtenir le pass sanitaire. Cela lui confère un intérêt particulier mais des doutes émergent sur son efficacité.

Un signal potentiel d’échecs de vaccination

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) alerte sur un signal potentiel concernant l’efficacité de ce vaccin. Elle a constaté que depuis le début de la vaccination avec ce vaccin en France, le 24 avril 2021, 32 cas d’échec vaccinal ont été observés (29 graves et 3 non graves), dont 4 décès. Pour rappel, un échec de vaccination est défini comme une infection symptomatique au SARS-CoV-2 confirmée biologiquement par amplification moléculaire (RT-PCR ou RT-LAMP) ou par test antigénique, survenant au moins 21 jours suivant l’injection de la dose unique du vaccin de Janssen. Les personnes concernées par ces échecs vaccinaux ont un âge médian de 68 ans, avec de multiples comorbidités à risque de forme grave de COVID-19 (pour rappel, le vaccin de Janssen est réservé aux personnes de plus de 55 ans).

De plus, le Centre régional de pharmacovigilance (CRPV) de Marseille s'est vu notifier une surreprésentation de patients vaccinés par le vaccin de Janssen parmi les patients vaccinés et hospitalisés pour COVID-19 en réanimation (4 patients vaccinés avec Janssen sur 7 patients vaccinés avec un schéma complet). De même pour le CRPV de Tours (3 patients vaccinés avec Janssen sur 6 patients vaccinés et en réanimation pour COVID-19). Ce signal a été relayé : des investigations supplémentaires sont en cours.

Ces chiffres doivent être rapportés au fait que le vaccin de Janssen est celui qui a été le moins utilisé en France avec environ 1 million de Français vaccinés. Le taux d’incidence des échecs notifiés est alors de 3,78 / 100.000 personnes vaccinées. Le délai médian entre la vaccination et l’échec vaccinal est de 54 jours.

Une 2 ème dose avec un vaccin à ARNm

Une étude américaine indépendante a comparé les titres d'anticorps neutralisants induits par 3 vaccins, dont celui de Janssen, sur plusieurs variants, dont le Delta. Les auteurs ont montré que le taux d’anticorps induits par le vaccin Janssen diminuait fortement contre les variants étudiés et concluaient à la nécessité d’une 2 ème dose de vaccin.

En France, depuis début septembre, il est recommandé qu’une dose de rappel par un vaccin à ARNm soit proposée aux personnes ayant eu leur dose unique de vaccin Janssen il y a plus de 4 semaines. Cette décision repose sur le fait que les données ont montré une protection insuffisante conférée par une seule dose de vaccin (Comirnaty ® , Spikevax ® ou Vaxzevria ® ) contre les formes symptomatiques liées au variant Delta, et les données disponibles ne permettent pas de confirmer l’efficacité à long terme du schéma de vaccination à une dose du vaccin Janssen contre ce même variant.