Uvéites : progrès récents


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les uvéites désignent diverses formes d’inflammation intraoculaire, d’étiologies très variées, infectieuses ou inflammatoires, en association à des maladies systémiques (spondylarthrite ankylosante, maladie de Behcet, sarcoïdose, …) ou limitées à l’œil. Elles sont courantes : 10.000 nouveaux cas annuels en France. La fréquence de leurs complications (cataracte, glaucome) et leur risque élevé de cécité (elles sont responsables d’environ 10% des cécités légales dans les pays industrialisés) imposent une discipline rigoureuse à l’ophtalmologiste. Celui-ci aura souvent recours à des collègues internistes, rhumatologues, infectiologues ou pédiatres (elles peuvent, par exemple, compliquer une arthrite idiopathique juvénile).

Le diagnostic a bénéficié récemment d’importants progrès techniques, en microbiologie, biologie moléculaire et imagerie (tyndallométrie laser, angiographie à la fluorescéine et au vert d’indocyanine, tomographie par cohérence optique, angiographie non invasive).

Le traitement sera initié le plus rapidement possible, avant que des dégâts anatomiques ne grèvent le pronostic visuel. Il bénéficie de thérapeutiques innovantes basées sur des agents biologiques (sirolimus, immunoglobulines intraveineuses, anti-TNF