Utilité d’un index cardiaque faible pour prédire des troubles respiratoires du sommeil dans le cadre de l’hypertension pulmonaire thromboembolique chronique

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

À retenir

  • Il s’agit de la première étude portant sur les troubles respiratoires du sommeil (TRS) chez des patients atteints d’hypertension artérielle pulmonaire thromboembolique chronique (HPTC), qui démontre que les TRS sont plus prévalents dans le cadre de l’HPTC que dans la population générale. Dans cette étude, l’index cardiaque corrélait avec les TRS de manière significative ; par conséquent, des traitements améliorant l’index cardiaque pourraient être utiles pour les patients atteints d’HPTC présentant des TRS.

 

Conception de l’étude

  • Étude du sommeil utilisant le dispositif ApneaLink Plus (ResMed, San Diego, Californie, États-Unis) chez 49 patients atteints d’HPTC et ayant été orientés pour faire l’objet d’une évaluation pour une thromboendartériectomie pulmonaire.
  • Les données hémodynamiques ont été obtenues grâce à un cathétérisme cardiaque droit.

 

Principaux résultats

  • 28 des 49 (57 %) patients avaient des TRS, selon les critères d’utilisation d’un traitement par pression positive dans les voies aériennes à l’inclusion ou un index apnée/hypopnée (IAH) de ≥ 5/h.
  • Les TRS étaient principalement légers et il s’agissait majoritairement d’hypopnée (> 30 % de réduction du débit d’air durant > 10 secondes et associée à ≥ 3 % de désaturation de l’oxyhémoglobine).
  • L’indice cardiaque (débit cardiaque divisé par la surface corporelle estimée) était significativement plus faible chez les patients ayant des TRS, comparativement à ceux qui n’en présentaient pas (2,19 contre 2,55 l/min/m2 ; p = 0,024).
  • L’indice cardiaque avait une corrélation inverse significative avec l’IAH (β = -0,857, R 2 = 0,178 ; p = 0,008).

 

Limites

  • Le dispositif portable d’analyse du sommeil est potentiellement moins précis qu’une polysomnographie.

 

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients atteints d’HPTC ont souvent un dysfonctionnement du ventricule droit significatif, et l’index cardiaque faible qui en découle peut augmenter la probabilité de développer des TRS. Cette étude a découvert que les TRS sont prévalents dans le cadre de l’HPTC et suggère que l’amélioration de l’index cardiaque pourrait être une solution potentielle.