Utilisation de la charge mutationnelle tumorale en tant que biomarqueur prédictif de la réponse au pembrolizumab

  • Marabelle A & al.
  • Lancet Oncol
  • 1 oct. 2020

  • Par Pavankumar Kamat
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une charge mutationnelle tumorale tissulaire (CMTt) élevée prédit quels sont les patients les plus susceptibles de présenter une réponse tumorale robuste à une monothérapie de pembrolizumab.

Pourquoi est-ce important ?

  • En juin 2020, l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (Food and Drug Administration, FDA) a approuvé la CMTt en tant que biomarqueur pour l’utilisation du pembrolizumab chez des patients atteints de cancers avancés ayant présenté une progression de leur maladie durant un traitement antérieur.

Méthodologie

  • Étude KEYNOTE-158 de phase II à plusieurs cohortes : 790 patients présentant 10 types de tumeurs ont reçu du pembrolizumab à raison de 200 mg par voie intraveineuse toutes les 3 semaines pendant un maximum de 35 cycles, et la CMTt a été évaluée dans les échantillons tumoraux.
  • Financement : Merck Sharp & Dohme Corp.

Principaux résultats

  • 13 % des participants présentaient une CMTt élevée (10 mutations ou plus par mégabase).
  • 29 % des patients du groupe à CMTt élevée et 6 % des patients du groupe à CMTt non élevée ont obtenu une réponse objective.
  • 4 % des patients du groupe à CMTt élevée et 2 % des patients du groupe à CMTt non élevée ont obtenu une réponse complète.
  • Parmi les patients pour lesquels des examens d’imagerie étaient évaluables, 58 % du groupe à CMTt élevée et 35 % du groupe à CMTt non élevée présentaient des dimensions de tumeurs plus petites, par rapport à l’inclusion.
  • La survie sans progression (SSP) médiane était de 2,1 mois dans les deux groupes.
  • La survie globale (SG) médiane était de 11,7 mois pour le groupe à CMTt élevée et de 12,8 mois pour le groupe à CMTt non élevée.
  • Parmi les patients inclus dans les analyses de la sécurité d’emploi, 10 % avaient présenté des événements indésirables graves.

Limites

  • Étude en ouvert et non randomisée.