Utilisation d’antibiotiques inhalés pour le traitement des infections des voies respiratoires récidivantes chez les patients atteints d’une maladie neuromusculaire


  • Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un traitement par antibiotiques inhalés améliore la morbidité respiratoire et réduit la fréquence des infections des voies respiratoires chez les patients présentant une atteinte neurologique sévère, selon une nouvelle recherche publiée dans la revue ERJ Open Research.

Une analyse rétrospective des données de 20 patients (11 patients non trachéotomisés et 9 patients trachéotomisés) présentant une atteinte neurologique et une colonisation microbienne des voies aériennes a été réalisée afin d’évaluer si un traitement par antibiotiques inhalés peut améliorer la morbidité chez ces patients.

Les participants/soignants ont rempli 2 questionnaires, portant sur leur nombre d’infections des voies respiratoires, de traitements par antibiotiques et la fréquence des hospitalisations : 12 mois avant l’instauration des antibiotiques inhalés et durant les 12 premiers mois sous traitement.

Au cours des 12 premiers mois de traitement, la fréquence des infections des voies respiratoires chez tous les participants a été réduite, passant d’une moyenne de 6,8 épisodes (nombre médian [intervalle interquartile, IQR] de 6,0 épisodes [4,0-10,0]) à 2,5 épisodes (nombre médian [IQR] de 2,0 épisodes [1,0–3,0] ; P 

En outre, une diminution significative des traitements par antibiotiques systémiques (moyenne : 7,7 traitements, contre 2,5 traitements ; P  0,9 épisode ; P 

Cet effet pourrait être démontré dans une analyse par sous-groupe chez les sujets trachéotomisés et ceux non trachéotomisés. La réduction des infections des voies respiratoires et des traitements par antibiotiques systémiques a cependant été significativement plus importante dans le groupe de patients non trachéotomisés.

Les chercheurs ont conclu que des études prospectives de plus grande envergure doivent à présent être menées.