USPSTF : les recommandations de dépistage des mutations de BRCA incluent désormais les origines et les antécédents personnels

  • JAMA

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le Groupe de travail des services préventifs des États-Unis (U.S. Preventive Services Task Force, USPSTF) a élargi les recommandations pour l’évaluation de BRCA1/2 (évaluation des risques, conseil génétique et, si indiqué, tests génétiques) afin d’inclure :
    • Toutes les femmes ayant des antécédents de cancer du sein, de l’ovaire, des trompes ou du péritoine qui ont terminé le traitement et sont considérées comme n’ayant plus de cancer.
    • Les femmes ayant des origines (par ex., origines juives ashkénazes) associées aux mutations génétiques de BRCA1/2.
  • Aucune évaluation de BRCA1/2 chez les femmes dont les antécédents personnels et familiaux ou les origines ne sont pas associés à une augmentation du risque de mutations potentiellement nocives.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les critères de déclenchement d’une évaluation des risques ont été élargis, comparativement aux recommandations 2013, qui limitaient le dépistage aux femmes ayant des antécédents familiaux de mutations.

Principaux résultats

  • Ces nouvelles conclusions s’appuient sur une revue de la littérature jointe.
  • Des données probantes adéquates ont été identifiées et indiquent que les bénéfices de l’évaluation des risques, du conseil génétique et des interventions (par ex., médicaments de réduction des risques, mastectomie ou salpingo-ovariectomie de réduction des risques) sont modérés.
  • Des données probantes adéquates ont été identifiées et indiquent que les bénéfices de l’évaluation de BRCA1/2 chez les femmes dont les antécédents familiaux ne sont associés à aucune augmentation du risque de mutations génétiques de BRCA1/2 nocives sont faibles à inexistants.
  • Des données probantes adéquates indiquent que les dangers de l’évaluation de BRCA1/2 dans ces nouveaux groupes de femmes sont faibles à modérés.