Une utilisation élevée de statines est associée à une réduction du risque de cancer du poumon

  • Clin Lung Cancer

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une utilisation élevée de statines était associée à une diminution du risque de cancer du poumon chez les patients présentant une hypercholestérolémie.
  • Un bénéfice a été observé, quels que soient les antécédents de tabagisme, mais il était le plus important chez les fumeurs actuels.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les études portant sur les bénéfices des statines dans le cadre de la prévention du cancer ont révélé des résultats contradictoires.

Protocole de l’étude

  • 16 588 patients de sexe masculin atteints d’une hypercholestérolémie, issus de la cohorte nationale de bilan de santé du service national d’assurance maladie (National Health Insurance Service-National Health Screening Cohort, NIHS-HEALS) en Corée, ont été inclus. L’utilisation de statines était définie comme élevée (n = 4 050), faible (n = 4 050) ou nulle (n = 8 488).
  • Financement : Faculté de médecine de l’Université de Yonsei.

Principaux résultats

  • 48,8 % des patients utilisaient des statines, sur l’ensemble de la cohorte.
  • 2,2 % des patients ont reçu un diagnostic de cancer du poumon, sur l’ensemble de la cohorte.
  • Comparativement à une utilisation de statines nulle, une utilisation de statines élevée était associée de manière indépendante à une réduction du risque de cancer, contrairement à une utilisation de statines faible (RRc : 0,64 [IC à 95 % : 0,47–0,85] et 1,03 [IC à 95 % : 0,80–1,33], respectivement), après un ajustement pour prendre en compte les facteurs de confusion.
  • Comparativement à une utilisation de statines nulle, une utilisation de statines élevée était également associée à une réduction du risque de cancer du poumon dans un sous-groupe de fumeurs, après un ajustement pour prendre en compte les facteurs de confusion (RRc : 0,83 [IC à 95 % : 0,52–1,31] pour les non-fumeurs, 0,59 [IC à 95 % : 0,27–1,29] pour les ex-fumeurs et 0,50 [IC à 95 % : 0,32–0,79] pour les fumeurs actuels).

Limites

  • Étude rétrospective impliquant une cohorte exclusivement coréenne et masculine.