Une surveillance continue des seconds cancers du poumon est nécessaire chez les survivants d’un cancer du poumon

  • Varlotto JM & al.
  • Lung Cancer

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’incidence des seconds cancers du poumon (CP2) survenant jusqu’à une décennie après le premier cancer du poumon (CP1) augmente.
  • Comme le pronostic des CP2 est similaire à celui des CP1 s’ils sont détectés de manière précoce, une surveillance à long terme est nécessaire chez les survivants.

Pourquoi est-ce important ?

  • Malgré un consensus concernant une surveillance annuelle continue par tomodensitométrie (TDM) à faible dose au-delà de quatre ans chez les survivants d’un cancer du poumon, les données probantes à long terme indiquant un bénéfice sont insuffisantes.

Méthodologie

  • Les chercheurs ont calculé les taux de CP2 survenant 4–10 ans après un CP1 à l’aide des données issues des bases de données Surveillance, épidémiologie et résultats finaux (Surveillance, Epidemiology, and End Results, SEER)-13 et SEER-18 (1998–2013), et SEER-9 (1985–2014).
  • Les différences au niveau de la survie globale (SG) et de la survie spécifique au cancer du poumon (SSCP) entre les CP1 et les CP2 ont été déterminées.
  • Financement : département de Radio-oncologie, Université du Massachusetts (University of Massachusetts).

Principaux résultats

  • Dans les 4–10 ans suivant le diagnostic de CP1, l’incidence des CP2, corrigée pour prendre en compte l’âge, augmentait par année de l’étude, mais elle était plus faible que celle de tous les autres seconds cancers combinés jusqu’au milieu des années 2000.
  • Chez les femmes, une nette augmentation de l’incidence des CP2 a été observée à partir de 2001, et elle a dépassé de manière significative celle de l’ensemble des autres seconds cancers à partir de 2005.
  • Dans l’ensemble, les CP2 étaient similaires aux CP1 en termes de SG (P = 0,1726), mais ils étaient associés à une moins bonne SSCP (P = 0,0143). 
  • Chez les patients atteints d’une maladie résécable de stade précoce, les CP2 et les CP1 étaient similaires en termes de SG (P = 0,3872) et de SSCP (P = 0,1276).

Limites

  • Méthodologie observationnelle.