Une supplémentation en vitamine D réduit-elle les événements cardiovasculaires ?


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Même si certaines études observationnelles ont suggéré une association entre de faibles taux sériques de 25-hydroxyvitamine D et un risque accru d’événements de maladie cardiovasculaire (MCV), une nouvelle méta-analyse a conclu qu’une supplémentation en vitamine D ne confère pas de protection cardiovasculaire. 

Des chercheurs ont analysé les données de 21 essais contrôlés randomisés ayant inclus 83 291 participants et ayant examiné l’association entre la supplémentation en vitamine D et la réduction des événements de MCV et de la mortalité toutes causes confondues. Parmi ces participants, 41 669 avaient reçu de la vitamine D et 41 622 avaient reçu des placebos. 

L’étude a révélé que, par rapport au placebo, la supplémentation en vitamine D n’a pas été associée à une réduction des événements cardiovasculaires indésirables majeurs. Une analyse stratifiée en fonction de l’âge a montré un taux significativement réduit d’événements indésirables cardiaques majeurs (EICM) en cas d’âge avancé, mais les auteurs ont déclaré que ces résultats doivent être interprétés avec prudence en raison de l’absence de correction pour comparaisons multiples. La supplémentation n’a également pas été associée à la mortalité par infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral ou MCV, ni à la mortalité toutes causes confondues. 

Les auteurs, qui ont présenté les résultats dans la revue JAMA Cardiology, ont indiqué que des études supplémentaires, qui cibleraient peut-être des membres de groupes d’âge plus avancé, pourraient présenter un intérêt.