Une seconde pilule contraceptive masculine potentielle passe avec succès des tests de sécurité d’emploi chez l’être humain


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle pilule contraceptive masculine potentielle a passé avec succès des tests de sécurité d’emploi et d’efficacité. De nouvelles données suggèrent que la 11β-méthyl-19-nortestostérone 17β-dodécylcarbonate (11β-MNTDC) prise par voie orale de façon quotidienne est bien tolérée et qu’elle entraîne une forte suppression de la production endogène de gonadotrophine et de testostérone.

L’étude contrôlée par placebo et en double aveugle a randomisé 40 hommes en bonne santé (âgés de 18 à 50 ans) pour qu’ils reçoivent un placebo (n = 10) ou la 11β-MNTDC 200 mg (n = 14) ou 400 mg (n = 16) de façon quotidienne pendant 28 jours consécutifs.

La 11β-MNTDC a entraîné une augmentation proportionnelle à la dose des concentrations sériques de 11β-MNTDC et de 11β-MNT sur 24 heures. Ce phénomène s’est accompagné d’une suppression liée à la dose de la concentration moyenne sur 24 h de la testostérone sérique. Par rapport à une concentration de 461,1 ng/dl avec le placebo, les concentrations obtenues avec les doses de 200 mg et 400 mg étaient de 22,3 ng/dl et de 7,6 ng/dl, respectivement.

Le médicament a été bien toléré, sans événement indésirable grave ou préoccupation clinique significative. Des événements indésirables liés au traitement sont survenus chez 22 participants ayant reçu la 11β-MNTDC, notamment la fatigue (n = 4), la céphalée (n = 6), l’acné (n = 5), la libido diminuée (n = 5) et la dysérection (n = 2).

Aucun changement significatif n’a été constaté concernant la pression artérielle, les enzymes hépatiques, l’électrocardiographe et les scores de dépression.

Le désir sexuel a été réduit avec la dose de 400 mg. Des augmentations significatives liées à la dose ont été observées au niveau du poids, avec une variation médiane de 1,3 kg pour la dose de 200 mg et de 1,9 kg pour la dose de 400 mg, contre 0,6 kg pour le placebo.