Une plus longue durée d’hospitalisation pour les exacerbations d’asthme traitées par antibiotiques

  • Stefan MS & al.
  • JAMA Intern Med
  • 28 janv. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Selon une étude rétrospective ayant rassemblé plus de 20.000 sujets asthmatiques adultes hospitalisés pour une exacerbation, le traitement par antibiotiques est associé à un séjour plus long et à des coûts d'hospitalisation plus élevés d’environ 30% par rapport à ceux n’en n’ayant pas reçu. Parallèlement, le taux d'échec thérapeutique était similaire entre ceux traités par antibiothérapie et les autres.

Ce résultat, issue d’une analyse par score de propension, est en cohérence avec les recommandations qui écartent le recours systématique aux antibiotiques dans cette situation clinique, mais constitue un élément supplémentaire contre cette pratique qui reste encore souvent mise en œuvre. Selon les auteurs, la plus longue durée d’hospitalisation pourrait être liée à la volonté d’achever le traitement antibiotique. Aussi, le dosage de la procalcitonine pourrait constituer un biomarqueur utile comme aide au diagnostic de l’infection et à la décision thérapeutique.

Méthodologie

L’étude de cohorte rétrospective a été menée à partir des données 2015-2016 de 543 hôpitaux américains. La cohorte a été constituée en identifiant les patients adultes hospitalisés pour une exacerbation aiguë d'asthme et traités par corticostéroïdes systémiques. Les patients placés sous antibiotiques au cours des 2 premiers jours d'hospitalisation durant au moins 2 jours ont été comparés à ceux qui n’ont pas reçu d’antibiothérapie.

Une analyse multivariée et un appariement par score de propension ont été menés afin de comparer les patients appariés sur de nombreux paramètres sociodémographiques, cliniques (dont antécédents et comorbidités).

Principaux résultats

  • Au total, la cohorte a regroupé 19.811 patients (âge médian 46 ans, 72,6% de femmes) parmi lesquels 44,4% ont reçu des antibiotiques.

  • Comparativement aux patients non traités, ceux ayant reçu des antibiotiques étaient plus âgés, plus souvent blancs, fumeurs et présentaient un nombre plus élevé de comorbidités.

  • Les patients traités aux antibiotiques présentaient des durées d’hospitalisation plus longues que les autres (4 vs 3 jours) et un taux d'échec thérapeutique similaire (5,4 vs 5,8%). Selon l’analyse par score de propension, l’antibiothérapie était associée à une hospitalisation plus longue de 29% (ORa : 1,29 [1,27-1,31]) et un coût supérieur de 30% (ORa : 1,30 [1,28-1,33]), avec un risque d'échec thérapeutique similaire (ORa : 0,95 [0,82-1,11]).

  • Le risque de diarrhée post-antibiotique était supérieur dans le groupe traité (ORa : 1,6 [1,2-1,9]) mais l’association n’était plus significative après analyse par score de propension (1,34 [0,99-1,83]).

  • Les données étaient comparables lorsque l’analyse de sensibilité avait exclu les patients initiant une antibiothérapie après J2, ou était restreinte aux moins de 70 ans non fumeurs sans insuffisance respiratoire aiguë et sans recours à la ventilation mécanique.

Principales limitations

L’étude était rétrospective et ne permettait pas d’établir un lien de causalité.