Une nouvelle classification de la chirurgie oncoplastique clarifie la situation

  • Chatterjee A & al.
  • Ann Surg Oncol
  • 11 avr. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La Société américaine des chirurgiens mammaires (American Society of Breast Surgeons) a établi une définition et un système de classification consensuels pour la chirurgie oncoplastique.

Pourquoi est-ce important ?

  • Plusieurs définitions de la chirurgie oncoplastique ont été proposées jusqu’ici, dont plusieurs contradictoires, ce qui peut entraîner une certaine confusion chez les chirurgiens praticiens et en formation, les éducateurs et les patientes.

Points clés

  • Définition de la chirurgie oncoplastique :
    • Une forme de chirurgie conservatrice du sein, qui comprend une résection oncologique avec une mastectomie partielle, et une reconstruction ipsilatérale grâce à des techniques de redistribution ou de remplacement du volume, avec la réalisation possible d’une chirurgie controlatérale de symétrie si nécessaire.
  • La redistribution du volume est définie comme le fait de combler la déformation laissée par la tumorectomie et de répartir le volume réséqué sur la partie préservée du sein.
  • Le système de classification se compose de plusieurs niveaux selon le volume redistribué ou remplacé :
    • niveau 1 :
    • niveau 2 : 20 à 50 % du tissu mammaire est retiré (c.-à-d., une mastopexie circumaréolaire et verticale, des techniques de réduction mammaire, y compris une greffe aréolaire) ;
    • remplacement du volume : >50 % du tissu mammaire est retiré (c.-à-d., une reconstruction avec implant, une reconstruction par lambeaux locaux/régionaux).
  • Cette définition et ce système de classification sont consensuels et simples ; ils peuvent être expliqués facilement aux collègues, aux étudiants et aux patientes, et doivent faire office de recommandations pour la prise en charge en cabinet, mais pas de règles.