Une nouvelle application prédit les événements cardiovasculaires chez les patients ayant fait l’objet d’une transplantation hépatique

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Des scientifiques ont développé la première application et le premier score permettant de déterminer le risque à un an de décès ou d’hospitalisation pour cause d’infarctus du myocarde ou d’une autre complication cardiovasculaire (CV) chez les patients ayant fait l’objet d’une transplantation hépatique. 

Environ un tiers des receveurs d’une transplantation hépatique développeront une complication CV au cours de la première année suivant l’intervention de transplantation hépatique. Jusqu’à présent pourtant, les médecins dépendaient d’outils de risque développés chez les populations ayant fait l’objet d’une transplantation autre qu’hépatique pour estimer le risque d’événements CV à la suite d’une transplantation hépatique orthotopique (THO).

Le nouveau score relatif au risque cardiovasculaire dans le cadre de la transplantation hépatique orthotopique (Cardiovascular Risk in Orthotopic Liver Transplantation, CAR-OLT) a été élaboré à l’aide de données couvrant une période de 10 ans et provenant d’une cohorte de 1 024 patients âgés de 18 à 75 ans ayant d’abord fait l’objet d’une THO dans un hôpital universitaire de soins tertiaires. Au sein de la cohorte, des complications liées à des maladies cardiovasculaires (MCV) majeures sont survenues chez 32,1 % des patients. Le score à points CAR-OLT s’est révélé supérieur à d’autres modèles de risque publiés pour déterminer la mortalité et la morbidité postopératoires liées aux MCV.

Écrivant dans la revue Hepatology, les auteurs ont déclaré qu’une validation externe supplémentaire des résultats dans le cadre d’un essai clinique multicentrique de plus grande envergure est nécessaire. Le but est d’évaluer si l’utilisation du score CAR-OLT pour la stratification du risque et la décision d’entreprendre des examens cardiovasculaires plus intensifs ou la réduction de facteurs de risque ciblés s’avéreraient utiles pour améliorer les résultats liés aux MCV à la suite d’une THO.