Une multiplication par sept des cas de fièvre du Nil occidental a été observée


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un total de 1 503 cas humains de fièvre du Nil occidental (FNO) ont été rapportés dans les pays de l’Union européenne/Espace économique européen (UE/EEE) jusqu’au 13 décembre 2018, et 580 cas humains supplémentaires ont été rapportés par les pays voisins de l’UE. 

Selon de nouvelles données provenant du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control, ECDC), un total de 2 083 cas d’infections autochtones ont été rapportés en 2018, ce qui dépasse de manière significative le nombre total relevé lors des 7 années précédentes avec 1 832 cas rapportés. L’ECDC a indiqué que, par rapport à la saison de transmission précédente en 2017, une multiplication par 7,2 du nombre de cas a été constatée cette année. Un total de 181 décès dus à des infections au virus du Nil occidental ont été rapportés par la Bulgarie, la Grèce, la Hongrie, l’Italie, le Kosovo, la République tchèque, la Roumanie, la Serbie et la Turquie. 

Selon l’autorité, tous les cas humains autochtones transmis par les moustiques au cours de la saison de transmission actuelle ont été rapportés dans des pays ayant préalablement été affectés par la maladie. L’augmentation la plus élevée, par rapport à la saison de transmission précédente, a été observée en Bulgarie (nombre de cas multiplié par 15), suivie de la France (nombre de cas multiplié par 13,5) et de l’Italie (nombre de cas multiplié par 10,9). 

Aucune nouvelle infection humaine au virus du Nil occidental n’a été rapportée par les États membres de l’UE entre le 7 et le 13 décembre. La Turquie a, en revanche, signalé un cas.